Ikea victime de racket?

Le groupe d'ameublement suédois Ikea serait victime de racket, selon la presse française. Ikea Belgium parle toutefois de rumeurs.

"Des rumeurs ont circulé dans les médias concernant des tentatives de racket dont serait victime Ikea", a réagi lundi Ikea Belgium à la suite d'informations parues dans la presse française.

La chaîne de magasins a par ailleurs souligné n'avoir aucun commentaire à faire sur ce sujet mais continuer à collaborer étroitement avec la police.

"Nous suivons les directives de la police, tant en matière de renforcement de nos mesures de sécurité que de communication interne et externe", précise le communiqué.

Le quotidien français Le Parisien rapportait samedi que la chaîne d'ameublement suédoise, victime de plusieurs attaques ces derniers mois notamment à Gand, faisait l'objet d'une tentative de racket.

Un courriel aurait été envoyé au siège du groupe à Stockholm le 2 septembre dernier. Son auteur réclamait le versement de 6 millions d'euros avant le vendredi 16 septembre, sous peine de faire exploser une autre bombe dans un des magasins de la chaîne.

Selon le ministre français de l'Intérieur, cette menace ne concernait pas la France.

Aucun incident n'aurait été signalé vendredi.

A la suite des incidents précédents, "nous avons encore renforcé nos routines de sécurité dans toute l'Europe", précise encore le communiqué d'Ikea Belgium.

"Ces routines comprennent l'intervention d'experts extérieurs chargés d'inspecter nos locaux, ainsi que des fouilles internes plus fréquentes."

Ikea Belgium dit par ailleurs prendre cette situation très au sérieux.

Selon le Parisien, la police serait sur la piste d'un gang, actif notamment depuis la Pologne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés