Ontex, le retour en demi-teinte

©Photo News

Les introductions en Bourse des dix dernières années à Bruxelles n’ont pas toujours été un franc succès. Aperçu des plus grosses déceptions. Ce mardi, Ontex (1/8).

Ontex est revenu sur la cote bruxelloise en juin 2014 après une absence de plus de dix ans. Le groupe avait été racheté en 2003 par le fonds d’investissement Candover pour 1,1 milliard d’euros. L’ambition de la direction était à l’époque de positionner Ontex comme un concurrent européen aux grands groupes internationaux dans le domaine des produits d’incontinence.

Après une introduction à 18 euros, qui valorisait le groupe à 1,3 milliard d’euros, le cours va s’apprécier de plus de 90% pour atteindre un sommet à 35,16 euros en février 2016. Le groupe a utilisé les fonds levés lors de l’introduction pour financer une politique de croissance dirigée principalement vers l’Amérique du Sud. Depuis, le cours s’est toutefois effrité pour toucher un plus bas à 12,95 euros le mois dernier.

Raisons du recul

Consensus: 3 avis "acheter", 11 avis "conserver", 1 avis "vendre"

Objectif de cours moyen:16,43 euros

Capitalisation boursière: 1.095 millions d’euros

Rapport cours/bénéfice 2019: 16,1

Performance sur un an: -44%

Performance depuis l’IPO: -25%

Croissance moyenne BPA attendue 2019/2021: 8,5%

 

Les acquisitions se sont globalement révélées décevantes, avec notamment des pratiques commerciales douteuses au niveau de la filiale brésilienne. Les marges opérationnelles peinent à se redresser rapidement en raison des pressions concurrentielles, aggravées par la volatilité sur les matières premières et les taux de change.

Cette pression est d’autant plus sensible chez Ontex qu’une partie importante du chiffre d’affaires est dégagée sur le segment des marques de distributeurs, où la rentabilité est plus comprimée.

Le consensus est désormais très mitigé, avec une majorité d’avis neutres (11 sur 15). L’objectif moyen permet toutefois d’envisager une progression significative (supérieure à 20%) à condition que les fondamentaux du groupe démontrent un potentiel d’amélioration.

Perspectives

La croissance du chiffre d’affaires devrait rester anémique de 2019 à 2021 (1,5% en moyenne annuelle) tandis que le résultat net devrait progresser plus rapidement grâce aux différentes mesures d’économies prises ces derniers mois. La valorisation semble aujourd’hui plus adéquate (rapport cours/bénéfice de 12 sur base du résultat attendu en 2020) par rapport aux fondamentaux.

Le groupe reste positionné sur des tendances de croissance à long terme, comme le vieillissement de la population dans les pays occidentaux et la montée en puissance de la classe moyenne dans les pays émergents. Ontex reste également intéressant pour une acquisition et des rumeurs circulent fréquemment d’un intérêt de la part d’un concurrent, en particulier depuis l’offre de PAI Partners à 27,5 euros repoussée en début d’année.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect