Ontex planche sur un deal à dix chiffres

Ontex tirait l'an dernier près de 70% de ses revenus des couches pour bébé et des produits d'hygiène féminine, là où Domtar est, lui, majoritairement présent sur le segment des couches pour adultes. ©AFP

Le spécialiste belge des produits d’hygiène personnelle jetables étudierait une offre à 1,1 milliard de dollars en vue d'acquérir la division couches de l'américain Domtar.

Le fabricant belge de couches Ontex figurerait parmi les parties intéressées par un pan d'activités de l'américain Domtar , a-t-on appris fin de semaine.

En l'occurrence, c'est la division Personal Care, valorisée jusqu'à 1,1 milliard de dollars, qui ferait de l'œil au groupe belge, évoque Bloomberg sur la base de sources proches du dossier.

Producteur d'une large gamme de papiers (impression, emballage, de bureau, etc.), Domtar est aussi actif, plus spécifiquement, dans la pâte à papier, matière naturelle utilisée dans les papiers essuie-tout et les mouchoirs d'une part, mais aussi et surtout dans les couches et les produits d'hygiène personnelle d'autre part.

D'autres acteurs sur le coup

C'est cette deuxième catégorie qui pourrait intéresser le plus Ontex – tout comme des acteurs du monde du private equity, d'ailleurs aussi sur le coup.

110
millions $
Lancée en 2011 et développée à coup d'acquisitions, l'activité Personal Care de Domtar génère aujourd'hui un Ebitda annuel de 110 millions de dollars.

D'autant que, lancée en 2011 et développée à coup d'acquisitions, l'activité Personal Care de Domtar génère aujourd'hui un Ebitda annuel de 110 millions de dollars. L'accent est mis sur la vente de marques maison de couches pour bébés et pour adultes, plutôt que sur la production de marques blanches pour le compte de grandes chaînes de la distribution.

La division compte cinq usines au service de clients en Amérique du Nord et en Europe. L'année dernière, elle a atteint 953 millions d'euros de chiffre d'affaires et un excédent brut d'exploitation récurrent (Rebitda) de 96 millions d'euros. Pour autant, compte tenu de frais de fermeture et de réorganisation de sites et d'activités et d'une perte de valeur des actifs à long terme, son résultat d'exploitation (Ebit) est tombé de 15 millions d'euros en négatif.

À titre de comparaison, Ontex a pour sa part réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 2,28 milliards d'euros pour 245,1 millions d'euros de Rebitda (en baisse de 7% en un an), majoritairement grâce à une production sous marque de distributeur, vendue en Europe et aux USA.

Un rapprochement entre les deux acteurs permettrait un renforcement dans leurs géographies d'activités, de même qu'une complémentarité entre la répartition des ventes entre marque propre et marque blanche.

De plus, là où Domtar se décrit comme l'"un des principaux fournisseurs de produits pour l’incontinence des adultes vendus en Amérique du Nord et en Europe", Ontex, de son côté, n'en tire qu'un petit tiers de ses revenus, au profit des couches pour bébé et des produits d'hygiène féminine, qui pesaient près de 70% de son chiffre d'affaires l'an dernier.

Frein de la dette

Pour autant, si les synergies sont là, il n'est pas encore établi à ce stade qu'Ontex fera offre pour la division qui était déjà apparue sur son radar en 2018, entend-on. Bloomberg évoque que la société pourrait choisir d'impliquer un partenaire dans l'opération.

Après tout, avec une dette déjà élevée à 861 millions et une difficulté à lever du capital pour un montant de l'ordre de la propre valeur d'Ontex sur le marché, il s'agirait là d'un très, voire trop, gros morceau pour agir seul.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés