Publicité
Publicité

Ontex s'attaque à sa dette

Ontex présentera son plan stratégique à la fin de l'année. ©BELGA

Ontex veut lever 580 millions sous la forme d'emprunts libellés en euros. Objectif: refinancer sa dette actuelle de 845 millions d'euros.

Le 21 juin à l’occasion de sa journée investisseurs, Ontex faisait le point sur ses initiatives destinées à créer de la valeur pour les actionnaires. Pour les détails de son plan stratégique à long terme, il faudra attendre encore quelques mois.

Mais le spécialiste des produits d’hygiène personnelle jetables a d’ores et déjà fixé ses objectifs pour 2023: une croissance annuelle des revenus entre 2 et 3%, une marge ebitda ajustée comprise entre 12,5% et 13,5% et un ratio dette nette sur ebitda sous le multiple de 3%.

C’est à sa dette qu’Ontex s’attaque aujourd’hui. Un boulet de 845 millions d’euros qui, fin de l’année dernière, représentait 3,6 fois l’ebitda.

Un boulet de 845 millions d’euros qui, fin de l’année dernière, représentait 3,6 fois l’ebitda.

Placement privé

En plus d’un accord avec ses banques portant sur un total de 470 millions d’euros, le groupe coté sur Euronext Bruxelles a annoncé ce lundi matin dans un communiqué de presse très succinct le lancement d’une offre obligataire. Elle porte sur un montant de 580 millions d’euros sous la forme de dette senior libellée en euros avec échéance en 2026. Elle s’adresse aux investisseurs institutionnels via un placement privé.

Ontex utilisera les fonds levés lors de cette opération, ainsi que des emprunts conclus dans le cadre d’un facilité de prêt syndiquée, pour rembourser certaines dettes existantes et pour les besoins généraux de l’entreprise.

En d’autres termes, l’objectif est de postposer de quelques années l’échéance prochaine des emprunts actuels.

"Aussi bien en 2021 qu’en 2022, nous pensons que le cash flow libre sera négatif à hauteur de 30 millions d’euros."
Moody's

Dette spéculative

Chez S&P, la dette d’Ontex est notée "BB-" avec une perspective négative. Cette notation, bien en dessous du maximum de AAA, correspond à la catégorie spéculative.  

Chez Moody’s aussi on est très loin de "l'investment grade" avec un  "B1". "Nous nous attendons à ce que le bénéfice d’Ontex reste sous pression certainement jusqu’en 2023. Et cela en raison des cours de change faibles, des prix des matières premières élevés et des coûts liés au programme d’économies", estime l’agence de notation. "Aussi bien en 2021 qu’en 2022, nous pensons que le cash flow libre sera négatif à hauteur de 30 millions d’euros."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés