Passation de pouvoir forcée chez Ontex

Fin de mission ce jeudi pour le CEO d'Ontex, Charles Bouaziz. Un poste que l'homme a occupé plus de 7 ans et demi. ©Thomas De Boever

Sous la pression des actionnaires, le CEO du spécialiste de produits d’hygiène personnelle jetables Charles Bouaziz est remplacé par le COO Thierry Navarre. Avec effet immédiat.

Voilà donc tombée la décision du nouveau président du conseil d'administration d'Ontex , Hans Van Bylen. Le CEO, Charles Bouaziz, doit partir. Avec effet immédiat. Il sera remplacé à compter de ce jeudi et jusqu'à nouvel ordre par le COO du spécialiste de produits d’hygiène personnelle jetables, Thierry Navarre.

L'homme connaît bien la maison puisqu'il y est entré en 2009 déjà, en tant que directeur logistique, après avoir occupé préalablement des fonctions similaires chez AB InBev pendant quelques années. Depuis l'an passé, il est même actif en tant que "Chief Transformation Officer" de l'entreprise.

Un cabinet de chasseurs de tête – Russell Reynolds, selon nos informations – a été mandaté dans la foulée pour la suite des événements. La recherche d'un successeur au Français aux commandes depuis plus de 7 ans et demi devrait être menée en interne et en externe, entend-on.

"Je vais me concentrer sur le renforcement et l'amélioration de nos opérations afin de m'assurer que l'entreprise continue d'avancer."
Thierry Navarre
CEO ad interim d'Ontex

De son côté, Thierry Navarre annonce qu'il se concentrera désormais "sur le renforcement et l'amélioration" des activités, et ce, pour s'assurer "que l'entreprise continue d'avancer dans le sillage de la pandémie de Covid-19, comme nous l'avons fait depuis le début de la crise".

La raison aux actionnaires

Ce qui n'aura rien d'une mince affaire quand on sait que les critiques se faisaient de plus en plus pressantes à l'égard de l'entreprise, jugée sous-performante par rapport à la place bruxelloise. Avec deux points de non-retour à noter: fin février, le hedge fund ENA - deuxième actionnaire d'Ontex (15,1%) après GBL (19,98%) – frappait du poing sur la table; quand, la semaine dernière, un courrier incendiaire du gestionnaire d'actifs français CIAM (3,2%) faisait à nouveau trembler les murs.

En substance, le premier demandait des mesures "immédiates" en vue de restaurer la croissance et la rentabilité, et de créer de la valeur pour les actionnaires, quand le second appelait à un changement de gouvernance et du côté des performances financières.

Un appel qui a, semble-t-il, (enfin) été clairement entendu puisque, selon nos informations, la décision de remplacer Charles Bouaziz à la tête d'Ontex a été prise à l'unanimitéen ce compris, donc, par les deux représentants du holding des familles Frère-Desmarais au conseil d'administration, bien que GBL n'ait à ce stade pas encore commenté les critiques de ses coactionnaires sur la gestion du groupe.

Au passage, il s'agit là de la première décision d'ampleur du nouveau président du conseil, qui a remplacé fin mai Luc Missorten. Alors que le président sortant "aurait dû prendre ces décisions il y a un an déjà", tacle une source.

Résultats supérieurs aux attentes pour Ontex

Ontex fait état pour le deuxième trimestre de ventes en recul de plus de 15,5% à 479,2 millions d'euros. Une diminution plus limitée au 1er semestre (-5,5%) et qui s'affiche en ligne avec les attentes des analystes.

L'EBITDA trimestriel récurrent progresse de 3,1% pour frôler les 60 millions, contre une hausse de plus de 13% à 126 millions au semestre. Les analystes tablaient sur 122 millions d'euros.
"Cette progression reflète l'amélioration significative de la marge brute grâce à la baisse des coûts des matières premières et à la poursuite de la mise en place du plan Transform to Grow; et ce malgré une baisse des volumes, des interruptions d'activité, les coûts de la COVID-19, et un impact défavorable du taux de change."

Le groupe annonce des coûts de 8 millions d'euros liés à la pandémie du coronavirus. Il s'agit de salaires supplémentaires versés, des moyens de désinfection et des mesures de protection supplémentaires pour le transport des produits.

Comment Ontex entrevoit-il l'avenir?

"Compte tenu des incertitudes persistantes liées à la pandémie et à son impact sur notre activité, et plus particulièrement sur l'évolution de la demande sur nos marchés, nous ne sommes pas en mesure de fournir des perspectives pour la suite de 2020", lit-on dans un communiqué.

Aux taux de change actuels, Ontex prévoit un impact négatif sur les ventes et l'EBITDA ajusté pour le trimestre en cours. L'impact devrait toutefois être similaire à celui enregistré au 2e trimestre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés