Pourquoi les médicaments sont-ils plus chers en Belgique?

©Photo News

La chaîne Medicare Market dénonce des pratiques anticoncurrentielles et un manque de transparence dans les pharmacies.

Une boîte de Dafalgan en Belgique coûte 3,23 euros. Achetez la même boîte en France et il vous en coûtera 2,39 euros. Soit 26% de moins. Cet exemple est loin d’être un cas isolé. Résultat: les patients belges se précipitent chez nos voisins pour y faire leurs emplettes de médicaments. La section anversoise du PTB organise même des voyages en car aux Pays-Bas dans ce seul but.

"99% des pharmacies en Belgique s’alignent sur le prix maximum."
yvan verougstraete
medicare-Market

L’explication de ce phénomène tient en deux mots: manque de concurrence et manque de transparence. C’est du moins le constat que dresse Yvan Verougstraete, patron de la chaîne de pharmacie et de parapharmacie Medicare Market. "Quand on constate que 99% des pharmacies en Belgique appliquent la même politique de prix en s’alignant systématiquement sur le prix maximum autorisé, il y a de quoi se poser des questions." Il s’appuie sur une enquête réalisée par la société Dedicated auprès des pharmacies et des patients.

©MEDIAFIN

La déontologie a bon dos

Pour Yvan Verougstraete, une diminution moyenne de 20% du prix des médicaments non-remboursés et des autres produits vendus en pharmacies (crèmes solaires, compléments alimentaires, etc.) permettrait aux consommateurs belges d’économiser 400 millions d’euros chaque année. Les pharmaciens se défendent généralement en invoquant la déontologie professionnelle et la santé publique (lire encadré). "Des objectifs louables certes, mais qui ne peuvent servir à justifier des pratiques anticoncurrentielles", rétorque Yvan Verougstraete.

Il ne souhaite pas pour autant en arriver à une situation comme aux Pays-Bas où on peut acheter n’importe quel type de médicament en grande surface. Par contre, il plaide pour que les médicaments non remboursés et les produits de parapharmacie soient en libre accès, comme en France. Il souhaite aussi que les officines puissent communiquer librement sur les prix de leurs produits de parapharmacie pour que le consommateur puisse comparer.

Enfin, Medicare Market voudrait permettre aux petites pharmacies de se regrouper pour optimiser leurs achats de médicaments. Une démarche de bon sens qui est, semble-t-il, systématiquement attaquée par l’Ordre des pharmaciens.

Les pharmaciens scandalisés

La démarche de Medicare Market n’a guère amusé les pharmaciens. "Le modèle du low cost ne parviendrait-il pas à décoller en Belgique qu’il faille s’offrir pareille publicité à bon compte?" lance Alain Chaspierre, vice-président de l’Association pharmaceutique belge (APB). Sur le fond, il estime peu souhaitable que la santé devienne un commerce comme les autres.

 "La marchandisation des médicaments comporte bien des dérives potentielles. Ce sera toujours l’éternel combat entre la santé et le monde du profit." Et il met en garde contre les gains illusoires: "Le coût de la prise en charge d’un effet indésirable ou d’un accident lié à une mauvaise utilisation dépasse largement le gain d’une ristourne sur le prix d’achat." Enfin, il assure que le pharmacien proposera toujours des alternatives moins chères.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect