Prudence des analystes face aux défis d'Ontex

Ontex présentera son plan stratégique à la fin de l'année. ©AFP

Si les objectifs affichés par Ontex pour 2023 sont bien accueillis, les analystes restent sur leur faim, notamment en ce qui concerne la dette et la flambée des matières premières.

Comme sans doute de nombreux actionnaires, les analystes financiers sont restés sur leur faim après la lecture du communiqué diffusé ce matin par Ontex et espèrent en savoir davantage cet après-midi lors d’un call dans le cadre de la journée investisseurs.

Le groupe spécialisé dans les produits d’hygiène personnelle jetables, comme les langes, y détaille un ensemble de mesures prises pour contrer la flambée des prix des matières premières et la perte de certains contrats afin de renouer avec la performance. Il s’agit, notamment, d’une nouvelle organisation en deux divisions et d'économies de 60 millions d’euros pour l’exercice en cours.

Le titre grimpe de 6%

S’il faudra encore attendre quelques mois pour découvrir le plan stratégique à long terme, la nouvelle direction d’Ontex a, d’ores et déjà, dévoilé ses objectifs financiers pour 2023: une croissance annuelle des revenus (à périmètre comparable) entre 2 et 3%, une marge de l’ebitda ajusté comprise entre 12,5% et 13,5% et un endettement par rapport à l’ebitda sous un multiple de 3.

"Nous nous attendons à ce que le marché considère ces ambitions avec une certaine dose de scepticisme."
Reg Watson
Analyste chez ING

De son côté, Alan Vandenberghe de KBC Securities ("acheter"; 18 euros) anticipe pour 2023 une croissance de 2%, une marge ebitda de 12,6% et un endettement de 2,6. "Cela signifie que notre scénario de reprise graduelle tel que décrit en septembre 2020 est réaliste."

Reg Watson d’ING ("acheter"; 18,7 euros) note, pour sa part, qu’à une exception près toutes les ambitions à moyen terme sont plus optimistes que ses propres prévisions actuelles. "Nous nous attendons à ce que le marché considère ces ambitions avec une certaine dose de scepticisme jusqu’à ce qu’elles deviennent des objectifs  et que les objectifs deviennent réalité." Ce lundi matin, le marché était plutôt confiant, le titre grimpant de 6,6% à 11 euros.

"Avertissement caché sur les résultats?"

Chez Degroof Petercam, Fernand de Boer se dit satisfait des cibles pour 2023 qui se révèlent supérieures aux attentes du consensus. Par contre, il aurait aimé davantage de détails sur le plan de refinancement dans la mesure où l’engagement bancaire de 470 millions d’euros évoqué dans le communiqué n’est pas suffisant pour refinancer toute la dette qui atteignait 845 millions d’euros à la fin du premier trimestre.

"Enfin et surtout, des indications supplémentaires sur l'ampleur de l'impact sans précédent sur les matières premières auraient été les bienvenues."
Fernand de Boer
Analyste chez Degroof Petercam

Et ce n’est pas tout. "Enfin et surtout, des indications supplémentaires sur l'ampleur de l'impact sans précédent sur les matières premières auraient été les bienvenues souligne-t-il, ou alors il pourrait s’agir d'un avertissement caché sur les résultats."

En attendant la "journée investisseurs" qui se tient cet après-midi, il a placé son conseil ("acheter") et son objectif de cours (12 euros) sous revue. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés