Sipef verra son résultat "significativement baisser"

Les palmiers et l'huile de palme sont la principale activité de Sipef. ©REUTERS

Côté production, ça marche plutôt bien pour Sipef. Mais la société subit de plein fouet la baisse des prix. Ses résultats semestriels sont en forte baisse, et les attentes pour les chiffres annuels sont pessimistes.

Sipef avait connu un premier trimestre difficile avec son huile de palme, qui avait subi une sécheresse. Mais la société belge a redressé la barre au deuxième trimestre: sa principale production a enregistré une augmentation de 7,5% sur un an.

Le caoutchouc et le thé ont aussi connu de bonnes récoltes en terme de volumes, avec des progression proches de 10%.

Mais les résultats financiers ne suivent pas la même courbe, impactés qu'ils sont par la baisse des prix de ces denrées. Le résultat opérationnel (avant traitement comptable IAS41) s'incline de plus de 50%.

Sipef prévoit que ces conditions de prix vont subsister et par conséquent, annonce que ses résultats annuels finaux seront "significativement inférieurs à ceux de 2014".

Les chiffres

Le chiffre d’affaires global pour le semestre a diminué de 25,2%. L’huile de palme (-27,4%) et le caoutchouc (-19,8%) ont baissé principalement en raison d’une diminution des prix sur le marché mondial, tandis que pour les bananes, le recul est surtout dû à une baisse de la production et à l’évolution du taux de change EUR/USD. Seule l’activité de thé a vu son chiffre d’affaires progresser de 26,6% grâce à des hausses de production et à des prix de vente attractifs.

Le bénéfice semestriel , sans tenir compte des mouvements liés aux retraitements IAS41, baisse de 50,7%. Après retraitement, il diminue de 51,7%.

A noter que les chiffres sont conformes aux attentes.

Si les résultats financiers annuels sont attendus en baisse, la production, elle, devrait garder le cap. " Sous réserve d’effets à court terme que pourrait engendrer la relative sécheresse des deux derniers mois, nous prévoyons une évolution normale de la production pour le reste de l’année, tant en huile de palme que pour les autres cultures, le caoutchouc, le thé et les bananes. Si, contre toute attente, El Niño devait fortement gagner en intensité, les effets négatifs sur les volumes se feraient plutôt sentir début 2016" signale Sipef dans son communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés