À quand le bout du tunnel pour Melexis?

©BELGA

Victime des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et d'un secteur automobile en panne de croissance, Melexis voit ses ventes se contracter depuis plusieurs trimestres. Le spécialiste des semi-conducteurs pour voitures fera le point mercredi matin sur la marche de ses affaires.

Si Melexis a redressé la tête en bourse cette année après avoir dégringolé de 40% en 2018, son avance a tendance à se lézarder ces derniers temps. Elle n’est plus que de 18% depuis le mois de janvier contre 35% constaté en septembre. On saura mercredi matin, avec la publication de ses résultats du 3e trimestre, si le spécialiste belge des semi-conducteurs pour le secteur de l’automobile sort cette fois la tête de l’eau ou, si au contraire, il s’enfonce un peu plus.

Comme le notait KBC Securities qui a sorti la valeur de sa liste d’achat en septembre, deux éléments agissent comme des freins au niveau du moteur de Melexis. Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, qui semblent toutefois s’apaiser quelque peu, d'une part. Et un secteur automobile en panne de croissance, de l'autre.

Croissance en berne

À l’issue du premier semestre, la société a vu son chiffre d’affaires se contracter de 16% à 236,5 millions d’euros, l’Ebitda chutant de 34% et le résultat net passant de 56,9 millions à 29,5 millions d’euros. Pas la gloire pour une société qui nous a habitués à une croissance continue au fil des ans.

Le principal point d’attention des résultats publiés demain seront les perspectives pour le 4e trimestre.
Marc Hesselink
Analyste chez ING

Pour le troisième trimestre, Melexis prévoit des ventes comprises entre 117 et 123 millions d’euros. Pour l’ensemble de l’année, elles devraient être inférieures à celles de l’année précédente.

Le consensus des analystes table, pour sa part, sur un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros en recul de 18% par rapport à l’année dernière. L’Ebit est attendu à 18 millions (-51%) et le résultat net à 16 millions (-47%).

Focus sur les prévisions

"Le principal point d’attention (de ces résultats) seront les perspectives pour le 4e trimestre", souligne Marc Hesselink d’ING ("conserver"; objectif de cours de 56 euros) qui anticipe, pour cette période, un Ebit de 15% inférieur à celui du consensus, soit 17 millions contre 20 millions.

"C'est la conséquence d’une combinaison de ventes plus faibles et de dépenses plus élevées dans la mesure où nous pensons que Melexis se trouvera confrontée à des coûts de R&D plus élevés pour se préparer au grand nombre d’applications qui arriveront sur le marché des semi-conducteurs pour automobiles."

62,3
euros
L'objectif de cours moyen des analystes pour l'action Melexis est de 62,3 euros, soit un potentiel de hausse de 4% par rapport au cours actuel.

Il estime, en outre, que l'heure de la reprise dans ce secteur n’a pas encore sonné. Il donne l’exemple du concurrent Infineon qui a récemment prévenu que ses stocks en Asie atteignaient toujours des records.

Pour l’ensemble de l’année, les analystes visent en moyenne un résultat net de 63 millions, contre 115 millions l’an dernier. En 2020, ils est attendu à 86 millions d’euros.

Un fan 

Ce week-end, dans nos colonnes, Raphael Ursi, directeur général d’Invest4growth a sélectionné Melexis comme l’une de ses cinq actions préférées. Malgré une conjoncture défavorable, il note que la société est solide sur le plan financier et qu’elle continue d’investir dans la recherche. "À terme, Melexis pourra profiter de l’usage de plus en plus intensif de l’électronique dans les voitures et des nouveaux débouchés potentiels dans les équipements médicaux."

Actuellement, la majorité des analystes (7) qui suivent la valeur conseillent de la "conserver" contre trois qui suggèrent de l’acheter et un autre de s’en tenir à l’écart. L’objectif de cours moyen s’élève à 62,3 euros, ce qui représente un potentiel de hausse limité à 4% par rapport au cours actuel. Le plus optimiste est Berenberg avec un "target" de 74 euros. A l'opposé, Oddo BHF limite le sien à 35 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés