Gros rachat dans les semi-conducteurs

©EPA

Le groupe allemand Infineon va racheter l'Américain Cypress pour 9 milliards d'euros en offrant une prime de 46% par rapport au cours de Bourse. A Francfort, le titre Infineon touchait son plus bas en plus de deux ans

Le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon va lancer une offre d'environ 9 milliards d'euros pour racheter son concurrent américain Cypress , selon un "accord définitif" entre les deux groupes communiqué lundi matin. Objectif: réduire sa dépendance à la Chine et croître dans le segment de "l'internet des objets".

→ Le deal:

• Infineon, resté à l'écart de la consolidation du secteur ces dernières années, propose 23,85 dollars en numéraire par titre Cypress, soit une prime de 46% par rapport au cours moyen des 30 derniers jours.
•  Un impact positif sur les bénéfices est attendu dès la première année après la fusion.
•  Une croissance des revenus d'environ 9% et une marge de 19% sont aussi programmées.
•  Les deux entreprises visent des économies d'environ 180 millions d'euros par an d'ici 2022.
•  Elles misent aussi sur la complémentarité de leurs portefeuilles pour dégager "des synergies de plus de 1,5 milliard d'euros par an à long terme."

La transaction devrait être finalisée d'ici la fin de 2019 ou le début de 2020.

Infineon, qui réalise environ un quart de ses ventes en Chine, a dû réviser deux fois ses prévisions à la baisse sur l'année écoulée en raison du ralentissement mondial, et évolue par ailleurs loin des Américains Intel, Micron, Qualcomm, Broadcom ou du coréen Samsung dans la hiérarchie mondiale.

Sa cible californienne, installée depuis 1982 à San José et qui fabrique notamment des mémoires flash, a racheté en 2016 la division "internet des objets" de son compatriote Qualcomm, une activité aux multiples potentialités qui intéresse beaucoup les industriels.

Le titre Infineon chutait ce lundi matin de plus de 6% pour toucher son plus bas en deux ans et demi. Les analystes s'interrogent sur le montant de l'opération.  

Le titre Cypress a enregistré la semaine dernière un bond de 15,2%, finissant à 17,82 dollars, à la suite d'informations de presse disant que le groupe cherchait à se vendre. Cette hausse a porté à 40% la progression de la valeur depuis le début de l'année, pesant désormais quelque 6,5 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros) à Wall Street. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés