L'UE donne son feu vert au rachat de NXP par Qualcomm

Qualcomm a pris une série d'engagements pour éviter des problèmes de concurrence. ©REUTERS

La Commission européenne a donné son accord au rachat du fabricant néerlandais de semi-conducteurs NXP par son concurrent américain Qualcomm, ce jeudi. Un feut vert qui n'est pas sans concessions pour le constructeur américain.

L'Europe a donné son accord au plus gros projet de fusion jamais annoncé dans le secteur des semi-conducteurs. Ce jeudi, la Commission européenne a dit oui au projet de rachat par le constructeur de semi-conducteurs américain Qualcomm , spécialisé dans la téléphonie, de son rival néerlandais NXP . L'opération valorise Qualcomm à 47 milliards de dollars.

47 milliards $
Opération
C'est le montant de l'opération de rachat par Qualcomm du néerlandais NXP.

Pour ce faire, Qualcomm a pris quelques engagements pour éviter, selon la Commision européenne, que cette fusion ne pose des soucis en termes de concurrence au sein de l'Union européenne.

"Nous utilisons nos téléphones intelligents pour des usages très divers et aussi de plus en plus aujourd'hui en tant que portefeuilles mobiles pour payer des tickets de transport ou réaliser d'autres paiements sécurisés", a déclaré Margrethe Vestager, la commissaire européenne en charge de la Politique de concurrence. "Grâce à cette décision, nous faisons en sorte que, malgréle rachat de NXP par Qualcomm, les consommateurs continuent à profiter des avantages de ces technologies innovantes à des prix compétitifs."

Enquête

Pour rappel, la Commission européenne avait ouvert une enquête sur l'opération de fusion, s'interrogeant sur l'interopérabilité des puces de la nouvelle entité avec les produits de la concurrence, ainsi que sur le droit de la propriété intellectuelle lié à la technologie dite NFC (communication en champ proche). L'UE voulait s'assurer que la création d'un géant des semi-conducteurs ne pénalise pas les fabricants de smartphones et de voitures, principaux clients de Qualcomm et NXP.

"Qualcomm s'est engagée à proposer des licences sur la technologie et les marques commerciales MIFARE de NXP pendant huit ans à des conditions au moins aussi avantageuses que celles existant aujourd'hui", indique la Commission européenne.

"Qualcomm a proposé de ne pas acquérir les brevets NFC essentiels de NXP liés à une norme."
Commission européenne

"Qualcomm a pris l'engagement que, pendant huit ans, elle assurerait le même niveau d'interopérabilité entre ses chipsets de bande de base et les produits NFC et SE rachetés à NXP, d'une part, et les produits correspondants d'autres sociétés, d'autre part."

Pour terminer, "Qualcomm a proposé de ne pas acquérir les brevets NFC essentiels de NXP liés à une norme." "Elle a aussi proposé de ne pas acquérir certains brevets NFC essentiels de NXP non liés à une norme. NXP transférera ces brevets à un tiers, qui serait tenu d'accorder des licences mondiales libres de redevance sur ces brevets pendant trois ans."


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content