Pourquoi Melexis flanche en bourse après des chiffres supérieurs aux attentes

Françoise Chombar va quitter la direction de Melexis, mais siégera à la présidence du conseil d'administration. ©belga

Malgré des résultats trimestriels et des prévisions supérieures aux estimations des analystes, l'action Melexis a terminé en baisse de 3,71%. Explications.

Tout concourrait à voir l’action Melexis prendre l’ascenseur ce mercredi après les résultats publiés avant bourse.

Pour le quatrième trimestre, le spécialiste des semi-conducteurs pour l’automobile – chaque voiture produite dans le monde embarque à son bord 13 puces Melexis affirme-t-il – a en effet généré des revenus supérieurs aux attentes des analystes (145 millions d’euros) à 147,4 millions d’euros (+16%). Il en allait de même pour le résultat net qui s’est révélé supérieur de 2 millions aux estimations à 24 millions d’euros (+56%). Idem pour les prévisions de chiffre d’affaires de la société pour le premier trimestre 2021 attendu entre 155 et 160 millions d’euros alors que le consensus tablait sur 145 millions.

Sur l’ensemble de l’exercice, le chiffre d’affaires affiche une hausse limitée à 4% à 507,5 millions d’euros, tandis que le bénéfice grimpe de 15% à 69,3 millions. “Après deux années difficiles où nous avons fait face à des tensions sévères sur le commerce mondial et une pandémie sans précédent, la fin de 2020 a marqué un tournant pour Melexis" s’est félicitée la CEO, Françoise Chombar.

Envol du titre

Et malgré cela, le marché a boudé l’action qui a clôturé sur une baisse de 3,71% à 93,45 euros. Ce paradoxe apparent peut s’expliquer par trois facteurs.

“Après deux années difficiles où nous avons fait face à des tensions sévères sur le commerce mondial et une pandémie sans précédent, la fin de 2020 a marqué un tournant pour Melexis."
Françoise Chombar
Future ex-CEO de Melexis

Tout d’abord, le titre a connu, ces derniers mois, un redressement assez spectaculaire suite, notamment, aux résultats d’entreprises actives dans le même secteur. Sur les trois derniers mois, il s’est envolé de 40% et rien que depuis le début de l’année, le gain a atteint 20%. Difficile dans ces conditions d’assister à un nouveau rebond.

Ensuite, si les prévisions pour le premier trimestre se révèlent plus consistantes qu’attendu, celles pour l’ensemble de l’année sont tout simplement en ligne avec les estimations. La société anticipe une croissance de ses ventes comprise entre 15% et 20%. "Melexis a constaté un flux de commandes exceptionnellement élevé au premier semestre dans le cadre d’un réapprovisionnement rapide et d’une demande finale revigorée" note Marc Hesselink d’ING ("conserver"; 70 euros). Toutefois, la société "reste conservatrice sur la demande finale au deuxième semestre de l’année".

Nouveau CEO, mais stratégie identique

Enfin, Melexis a pris tout le monde de court en annonçant que Françoise Chombar, qui est aux commandes de l’entreprise depuis 17 ans, allait passer le flambeau en août prochain.

2,20
euros
Melexis a fixé son dividende à 2,20 euros par action soit un niveau identique à celui de l'exercice précédent.

C’est quelqu’un issu du sérail, Marc Biron, qui reprendra le témoin. Entré chez Melexis en 1997, il a rejoint l’équipe de direction en 2010. Mais la future ex-CEO reste dans la maison où elle présidera le conseil d’administration à la place de Roland Duchâtelet qui demeurera administrateur.

Les actionnaires ne sont pas oubliés chez Melexis. Tout comme lors des deux exercices précédents, ils recevront un dividende brut de 2,20 euros par action, dont 1,3 euro a déjà été distribué en octobre dernier au titre de dividende intérimaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés