Publicité

Melexis boudée malgré des ventes record

Dirigée par Marc Biron, Melexis affiche des ventes record pour la troisième fois consécutive cette année.

Le marché a sévèrement sanctionné le bulletin trimestriel de Melexis, le spécialiste des puces pour voitures, alors qu'il dépasse les estimations des analystes.

Apparemment, les investisseurs ne savaient pas trop sur quel pied danser face aux résultats trimestriels dévoilés ce mercredi matin par Melexis . Dans un premier temps, le titre a perdu plus de 3% avant de reprendre ses esprits, pour ensuite reperdre du terrain et clôturer sur un recul de 4,28% à 94 euros. Depuis le début de l'année, le titre a grimpé de près de 20%, et on atteint même un bond de près de 50% sur les douze derniers mois.

Les chiffres dévoilés avant bourse sont pourtant d'excellente facture. Les revenus de 162,8 millions d'euros (+34%) se situent dans le haut de la fourchette des prévisions, et sont même supérieurs aux estimations du marché de 1%. Il s'agit de ventes record pour la troisième fois consécutive cette année, souligne pour sa part Melexis.

Décalage persistant

26
%
Pour l'ensemble de l'année, Melexis table désormais sur une croissance de 26% de ses revenus.

Quant à l'ebit, il s'est envolé de 153% à 39,7 millions d'euros, et dépasse de 9% les anticipations. Pour l'ensemble de l'année, le spécialiste des puces pour les automobiles table désormais sur une croissance de 26% de ses revenus, contre une fourchette située entre 24% et 27% avant, et a majoré sa marge d'exploitation, qui passe de 22% à 23%.    

Seule ombre au tableau: le décalage persistant entre la demande et l'offre, en raison de la pénurie mondiale des semi-conducteurs. Cette situation devrait perdurer en 2022, prédit le CEO de Melexis, Marc Biron.

Valorisation très élevée

"En dépit des problèmes de chaîne d'approvisionnement et de la baisse des niveaux de production de voitures, les ventes d'automobiles augmentent fortement, bien au-delà du taux de croissance des marchés adjacents", relativise Ruben Devos de KBC Securities ("acheter" ; 105 euros).

Les fondamentaux de Melexis sont toujours attrayants. La valorisation est cependant très élevée.
Kepler Cheuvreux

Kepler Cheuvreux ("conserver" ; 95 euros) note, pour sa part, que les nouvelles prévisions pour l'ensemble de l'année impliquent une hausse de 6% de l'ebit, ce qui est proche de ses propres estimations. "Les fondamentaux de Melexis sont toujours attrayants. La valorisation est cependant très élevée. Compte tenu des pénuries, nous ne voyons pas de hausse substantielle de nos estimations à court terme" conclut le broker.

Michael Roeg, de Degroof Petercam ("conserver" ; 90 euros), va mettre à jour son modèle et prévoit de relever ses estimations du bénéfice d'exploitation pour la période 2021-2023 d'un pourcentage moyen à un chiffre (environ 5%, NDLR). "Nous allons également affiner notre objectif de cours, qui devrait augmenter légèrement par rapport à son niveau actuel de 90 euros."

En bref

  • Melexis a publié des trimestriels meilleurs que prévu, et table sur une hausse de 26% de ses revenus pour l'ensemble de l'année.
  • Le groupe souligne toutefois la persistance de difficultés liées à la pénurie mondiale de semi-conducteurs.
  • L'action, dont le niveau est jugé élevé par les analystes, a connu dans la foulée une séance volatile.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés