STMicroelectronics se retire de ST-Ericsson

Le groupe franco-italien STMicroelectronics a annoncé lundi qu'il se désengageait de ST-Ericsson, co-entreprise en difficulté détenue avec le suédois Ericsson, et dévoilé un nouveau plan stratégique avec pour objectif une marge d'exploitation de "10% ou plus".

Le premier fabricant européen de semi-conducteurs, qui négocie actuellement ses "options de sortie", a précisé que son retrait de la joint-venture sera effectif après une "période de transition" qui devrait s'achever au troisième trimestre 2013.

ST-Ericsson, fabricant de composants pour téléphones portables en grande difficulté, a annoncé au printemps la suppression de 1.700 postes au niveau mondial sur 6.000 au total.

L'annonce a été bien accueillie par les investisseurs à la Bourse de Paris où STMicroelectronics a grimpé de plus 6% à l'ouverture de la bourse, et gagnait 3,14% à 5,15 euros dans un marché en repli 10H15.

"Etre stratégique implique des choix", a résumé le président du groupe Carlo Bozotti lors d'une conférence téléphonique, se refusant à détailler les conditions de sortie de ST-Ericsson, ou d'éventuelles implications sociales.

"Le marché du sans fil est un marché très important, mais nous avons décidé de ne plus en être partie prenante. Nous avons un avantage compétitif dans les autres marchés sur lesquels nous nous concentrons. Nous terminerons cette année dans la même position financière qu'il y a un an", a-t-il affirmé.

STMicroelectronics et Ericsson avaient annoncé en octobre "travailler pour assurer le meilleur avenir possible" à leur coentreprise, très dépendante pour ses débouchés du groupe finlandais Nokia, lui-même en difficulté, et qui a enregistré en 2011 une perte nette de 841 millions de dollars.

STMicro a indiqué lundi qu'il restait "partenaire" de ST-Ericsson pour "sa chaîne d'approvisionnement et les technologies de fabrication avancées" et également "fournisseur de blocs de propriété intellectuelle pour processeurs d'application".

Réduction des dépenses d'exploitation

Dans un communiqué publié séparément, ST-Ericsson a "confirmé son orientation stratégique" et a précisé qu'il "continuera à travailler à la fourniture de sa technologie de nouvelle génération, et à honorer ses engagements auprès de ses clients et de ses fournisseurs".

Parallèlement à ce désengagement, STMicroelectronics a annoncé lundi un nouveau plan stratégique, centré sur deux segments de produits et cinq moteurs de croissance, et a indiqué viser "une marge d'exploitation de 10% ou plus".

"Pour atteindre ce modèle financier, STMicroelectronics compte réduire ses dépenses d'exploitation nettes à une moyenne trimestrielle comprise entre 600 et 650 millions de dollars d'ici au début de l'année 2014", est-il précisé.

La nouvelle stratégie de la société repose sur une organisation en deux segments de produits: le premier regroupant les produits "Sense&Power" (capteurs, circuits, etc.) et les produits pour applications automobile; et le deuxième avec les solutions de traitement embarquées.

Concernant ces dernières, le groupe "va se concentrer sur le coeur des systèmes électroniques plutôt que sur l'accès sans fil à haut débit".

"Dans le cadre de son nouveau modèle financier, la société table sur la rentabilité de ces deux segments de produits et sur leur capacité à générer des liquidités", estime-t-elle.

En octobre, STMicroelectronics fait état d'une perte nette de 478 millions de dollars (contre un bénéfice de 71 millions un an plus tôt), et avait déjà annoncé un nouveau plan d'économies comprenant quelque 500 suppressions d'emploi.

Ce plan devait déjà permettre au groupe d'économiser "150 millions de dollars en année pleine", et ces efforts de restructuration pourraient représenter un coût total, avait alors indiqué le groupe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés