Publicité

56 agences Axa Banque ont fermé en 2017

©REUTERS

Journée de résultats pour le groupe Axa. L'assureur fait état des résultats supérieurs aux attentes. Il dépasse pour la première fois les 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, de quoi revoir à la hausse de 9% son dividende. En Belgique, la banque plie sous le poids des taux d'intérêts faibles et des refinancements de crédits.

Les taux d'intérêt toujours à un taux historiquement bas et les refinancements des crédits hypothécaires pèsent sur Axa Banque; et selon l'enseigne belge, cette pression n'est pas terminée.   

Le résultat opérationnel décline à 53 millions d'euros (-21 millions) pour un résultat net en chute à 39 millions (-59 millions).

Pourtant sur le terrain, Axa Banque fait état d'une belle performance.

→ En matière d'octroi de crédits, Axa Banque fait état d'une production record (2,9 milliards d'euros). "En 2017, 18.000 familles belges ont pu compter sur le soutien d'Axa Banque lors de l'achat de leur nouveau logement." La production de crédits professionnels a également crû (+14%).

→ Les montants sur les comptes à vue ont augmenté de 10%. A contrario, on note pour la première fois depuis des années un léger recul des volumes sur les carnets d'épargne (-1,5% à 12,9 milliards). 

→ Les placements ont continué de croître (+137 millions)

Peter Devlies, CEO d'Axa Banque a salué ses résultats; des résultats qui symbolisent la réussite de la nouvelle stratégie: être présent dans les moments-clés de la vie des clients. L'accent sur le conseil se traduit aussi par une moindre présence physique d'Axa dans les rues. En 2017, 56 agences ont fermé pour atteindre un réseau d'indépendants de 620 points. La direction avait indiqué en novembre dernier -alors que le CEO du groupe semait le trouble en ne citant pas Axa Banque parmi les priorités du groupe- que l'intention était d'évoluer vers de plus grandes agences pour un meilleur conseil. Le chiffre de 630 agences avait alors été avancé.

Pour l'ensemble de l'activité d'Axa Belgique, on note un chiffre d'affaires en recul de 2% à 3,31 milliards d'euros contre 3,38 milliards d'euros un an plus tôt. Notons que le groupe signe un chiffre d'affaires de 98,549 milliards d'euros (-2%). 

Dans le détail des différents métiers belges: 

→ l'assurance automobile "particuliers" progresse de 1% à 633 millions
→ l'assurance automobile "entreprises" progresse de 5% à 256 millions 
→ l'assurance prévoyance: les nouvelles affaires s'élèvent à 24 millions 
→ l'épargne: les nouvelles affaires se chiffrent à 27 millions 

Le groupe récompense ses actionnaires

A Paris, Thomas Buberl, le directeur général d'Axa , avait le sourire. L'assureur français dévoile un bénéfice net en hausse de 7% sur un an pour 2017, principalement porté par la bonne tenue de ses activités d'assurance santé et dans une moindre mesure de celles de prévoyance. Les activités des Etats-Unis et des moindres coûts de restructuration ont également été porteurs.

L'an passé, le bénéfice net a atteint 6,2 milliards d'euros, a fait savoir le groupe dans un communiqué. L'assureur signe ainsi une performance un peu meilleure que prévu par le consensus d'analystes compilé par Bloomberg, qui tablait sur environ 6 milliards contre 5,83 pour le consensus Reuters.

©Document Axa

"Pour la première fois de l'histoire du groupe Axa, le résultat opérationnel et le résultat net dépassent les 6 milliards d'euros, toutes nos principales zones géographiques contribuant à cette réussite", s'est félicité Thomas Buberl.

Pour le groupe, l'assurance santé a été "la plus dynamique de nos activités en 2017", a souligné Thomas Buberl. Cette division a vu son bénéfice d'exploitation croître de 11%. Elle a notamment tiré parti d'une hausse des ventes de contrats d'assurance collectifs en France et de solutions de prévoyance individuelle en Allemagne.

En ce qui concerne l'assurance vie, épargne et retraite, le groupe a également vu ses performances au niveau de l'exploitation s'améliorer. Axa a notamment profité en Europe d'une forte croissance des unités de compte, ces placements plus rémunérateurs pour le client mais plus risqués, qui se traduisent par une hausse des commissions perçues par l'assureur.

En assurance de dommages, chiffre d'affaires et bénéfice d'exploitation sont restés globalement stables. Le groupe explique avoir été victime d'une hausse des coûts des catastrophes naturelles l'an passé, qui se sont traduites par une facture de 230 millions d'euros, mais cet effet négatif a été compensé par une sinistralité plus faible dans le reste de l'activité.

Du côté de la gestion d'actifs, la collecte nette du groupe s'est élevée à 8 milliards d'euros et ses actifs sous gestion sont passés de 717 à 746 milliards d'euros sur un an.

Côté profitabilité, Axa affiche un ratio combiné en assurance "dommages" en amélioration à 97,6%. Le groupe souligne une sinistralité plus favorable certes compensée par la hausse des coûts des catastrophes naturelles. En prévoyance, le ratio combiné est de 96,9% pour 94,7% pour l'activité santé.

Les capitaux propres d'Axa ressortent à 69,6 milliards d'euros. Le ratio solvabilité II est de 205%. Le ratio d'endettement s'établit à 25% pour ROE courant de 14,5%.

Fort de ce bilan, Axa n'a pas dévié des objectifs fixés dans son plan stratégique 2020 et a annoncé vouloir verser à ses actionnaires un dividende de 1,26 euro par action au titre de l'exercice 2017, soit 9% de plus qu'en 2016. Le taux de distribution correspondrait à 49% du résultat courant, net des charges d’intérêts sur les dettes perpétuelles.

En Bourse, avant la publication des résultats annuels,l'action Axa a clôturé mercredi à 25,44 euros. Le titre affiche un gain de 2,87% depuis le début de l'année.



Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés