Publicité
Publicité

Ageas fait largement mieux qu'attendu

Bart De Smet CEO d'Ageas ©Thierry du Bois

Aussi bien le bénéfice du premier trimestre lié aux activités d'assurances que celui intégrant l'héritage du groupe Fortis dépassent les prévisions des analystes financiers. Ageas a, par ailleurs conclu avec BNP Paribas un accord par lequel ce dernier pourra racheter les "cashes" encore en circulation.

Au cours du premier trimestre 2015, l’encaissement brut d’Ageas , a grimpé de 28% pour atteindre 10 milliards d’euros. Les activités vie progressent de 34% à 8,3 milliards d’euros et le non-vie de 5% à 1,7 milliard. " Tous les segments ont  concouru à ces chiffres encourageants mais l'Asie se démarque à nouveau par son importante contribution à notre croissance commerciale, expliique Bart De Smet, le CEO de la compagnie d’assurances dans un communiqué. D’autre  part, de par notre présence significative dans des pays extérieurs à la zone euro, nous avons également tiré profit de taux de change favorables au premier trimestre. "

Le bénéfice lié aux activités d’assurances bondit de 37% à 198 millions d'euros contre 145  millions d’euros un an plus tôt. Les analystes financiers tablaient, en moyenne, sur un chiffre de 174 millions.

©Ageas

De son côté, le résultat net du compte général qui rassemble les dossiers liés à l’héritage de Fortis présente un bénéfice de 43,7 millions d’euros contre une perte de 114,7 millions au trimestre correspondant de 2014. Au final, le bénéfice net du groupe s’établit à 241 millions d’euros contre seulement 30 millions  au premier trimestre 2014. Ici encore Ageas bat amplement le consensus des analystes qui visait en moyenne un chiffre de 194 millions d’euros. 

Notre ratio combiné est meilleur que notre objectif de 97%, en grande partie grâce à la libération de provisions de l’année antérieure. Nous continuerons à rechercher des moyens d’encore améliorer notre performance opérationnelle à l’avenir.
Bart De Smet
CEO d'Ageas

Excédent disponible de 5,5 milliards

Les capitaux propres totaux d'Ageas ont augmenté, passant de 10,2 milliards, soit 46,60 euros par action fin 2014, à 12 milliards, soit 55,04 euros par action fin mars. Les ratios de solvabilité de l'assurance et du groupe ont, pour leur part, progressé respectivement à 222% et 226%, avec un excédent de capital disponible au niveau du groupe 5,5 milliards d'euros par rapport aux exigences minimales.

Bénéfice en hausse en Belgique

En Belgique, l’encaissement brut dans les activités vie accuse un repli de 11% " comme attendu, explique Ageas avec des ventes satisfaisantes dans les produits vie traditionnels mais des volumes moins élevés dans les  produits d'investissement à court terme, en raison de la persistance  des faibles taux d'intérêt". De son côté, le résultat opérationnel est en légère baisse " mais reste solide " à  105 millions d’euros contre 111 millions d’euros (-5%) un an plus tôt. Enfin, le résultat net s’élève (vie et non-vie) à 95 millions contre 87 millions en 2014 (+9%), " une performance solide soutenue en particulier par l’activité non-vie " commente Ageas. 

Signalons, pour être complet le nomination d'Antonio Cano comme "chief operating officer" (COO) à compter du 1er octobre. Il remplacera Barry Smith qui prend sa retraite. Hans De Cuyper, actuellement CFO d'AG Insurance succèdera à Antonio Cano au poste de CEO d'AG Insurance. 

Ageas a conclu avec BNP Paribas un accord par lequel ce dernier pourra racheter les "cashes" (titres hybrides, convertibles et subordonnés liés à une action, NDLR) encore en circulation, sous la condition de les convertir en actions Ageas, ce qui se traduira par un règlement proportionnel du passif RPN(I). Ce règlement partiel réduira la volatilité du résultat du Compte général d`Ageas. Cette transaction doit encore recevoir l`accord des autorités de contrôle.

Ce nouvel accord octroie à BNP Paribas une totale liberté quant au prix d`achat et au moment de l`acquisition des "cashes", à condition de les convertir en actions Ageas sous-jacentes à la fin de chaque mois. En conséquence, le passif RPN(I) (obligations très volatiles) correspondant, comptabilisé dans les livres d`Ageas, cessera d`exister à proportion des "cashes" convertis.

À la date du 31 mars 2015, 37,06% des "cashes" émis à l`origine étaient toujours en circulation. À cette date, le passif RPN(I) correspondant s`élevait à 431 millions d'euros .

Ageas paiera à BNP Paribas la valeur proportionnelle de la RPN(I) au moment de la conversion. De plus, une indemnité de rupture sera payée à Ageas.
La convention conclue entre Ageas et BNP Paribas viendra à expiration fin 2016.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés