Baloise s'offre Fidea pour 480 millions d'euros, craintes pour l'emploi

©Fidea

Ageas, via sa filiale belge AG Insurance et Argenta étaient en lice également pour racheter Fidea au Chinois Anbang. Mais c'est Baloise qui a conclu le deal.

Ils étaient nombreux sur les rangs, mais c'est Baloise qui emporte la mise. L'assureur suisse achète Fidea pour 480 millions d'euros, lit-on dans un communiqué. L'assureur affirme que par cette opération, il "renforce sa présence en Belgique dans le marché tant de l'assurance vie que non-vie".

Avec Fidea, Baloise va en effet accroître sa part de marché dans l'assurance non-vie de 1,7 point de pour cent à 8,5%. "Nous nous rapprochons ainsi du top 4." Dans le segment vie, la part de marché passe de 3,5 à 4,2%.

"L'acquisition de Fidea cadre parfaitement dans notre stratégie 'Simple et Sécurisé', tant en termes de renforcement de notre core business dans nos marchés cibles qu'en termes d'approche innovative et expérimentale de digitalisation", indique Gert De Winter, CEO du groupe. 

Depuis 2011, Fidea change donc de mains pour la troisième fois. Ancienne enseigne d'assurance du groupe KBC, Fidea avait été vendu en 2011 à JCFlowers. Depuis 2014, l'assureur était dans les mains du Chinois Anbang (également propriétaire de la banque Nagelmackers). Ce dernier, nationalisé et démantelé, avait été forcé de réduire la voilure. Il s'était donc mis en quête d'un repreneur pour Fidea.

L'opération en chiffres

En volume de primes: Baloise affiche en Belgique plus de 1,7 milliard de CHF (1,5 milliard d'euros) de primes contre 352 millions CHF pour Fidea.

Résultat avant taxes: Fin 2018, Baloise Belgique faisait état d'un résultat de 199 millions de CHF  (175,5 millions d'euros) là où Fidea affichait une perte de près de 9 millions CHF dû à des exceptionnels.

Ratio combiné: Baloise Belgique enregistre un ratio combiné de 92,3% contre 95,8% pour Fidea.

Emploi: Les deux assureurs combinés emploieront quelque 1.600 personnes. Les quelque 360 salariés Fidea seront en effet repris par Baloise.

Dans le communiqué, Henk Janssen, CEO belge se réjouit de conclure cette troisième opération du groupe en Belgique sur les sept dernières années. La transaction, soumise à l'approbation des autorités régulatoire et de concurrence, devrait être clôturée au second semestre de cette année.

Mais le syndicat socialiste BBTK (Setca), même s'il considère le groupe d'assurance suisse Baloise comme un bon repreneur pour Fidea,  s'attend à un plan de restructuration dans un avenir proche. "C'est presque toujours le cas avec des fusions comme celle-ci", a réagi la secrétaire permanente Patricia Van Goel. "Peut-être pas tout de suite, mais plutôt dans quelques mois, une fois l'acquisition terminée", a ajouté Patricia Van Goel. "Il y a encore beaucoup d'incertitude à ce sujet à l'heure actuelle."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n