Ethias offre (à nouveau) 25% à qui vide son First A

©Photo News

Nouvelle (et dernière) opération temporaire, jusqu’au 7 juillet proposée aux détenteurs d’un First A. L’assureur propose à nouveau une prime de 25% à qui vide son compte. Le reliquat sera vendu à une compagnie étrangère.

C’en est devenu un refrain. Pour la septième fois depuis 2012, Ethias propose une nouvelle offre temporaire à ses clients détenteurs d’un First A. Ces comptes d’assurance-vie, commercialisés jusqu’en 2003, pourrissent la vie d’Ethias depuis des années parce qu’ils assurent à vie un rendement élevé (3,44% en moyenne) pour ne pas dire impayable depuis l’écrasement des taux d’intérêt de référence sur les marchés.

Comme la campagne précédente, menée fin 2016, l’assureur propose aux quelque 13.000 clients encore en possession d’un First de vider et de clôturer leur compte moyennant une prime de 25%. L’offre court jusqu’au 7 juillet.

600 millions €
Chez Ethias, 600 millions d’euros sont encore parqués sur les comptes First A. Ils assurent à leurs détenteurs un rendement élevé (3,44% en moyenne) et ce, à vie. Voilà pourquoi l’assureur veut s’en débarrasser jusqu’au dernier centime.

La précédente opération avait permis de déloger 787 millions d’euros. Il en avait coûté 197 millions d’euros en prime de sortie mais l’assureur y avait gagné 24% de solvabilité.

La campagne qui s’ouvre à présent sera la dernière du genre, situe Ethias qui espère bien déloger un maximum des 600 millions d’euros encore parqués sur les First A. Le reliquat sera en effet revendu à un assureur étranger, indique Ethias, qui dit avoir entamé des discussions en ce sens avec plusieurs maisons, sans les nommer. "Nous choisirons un assureur étranger non concurrent direct en Belgique", indique toutefois l’assureur.

Ethias veut donc, comme annoncé ces derniers mois, en finir jusqu’au dernier centime se défaire du boulet First qui, au plus fort fin 2008, pesait 4,3 milliards d’euros de dépôts confiés.

Test-Achats a réagi à la nouvelle proposition d'Ethias. Pour l'heure, l'association de défense des consommateurs attend des éclaircissements de la part d'Ethias quant aux éventuels repreneurs. Elle appelle aussi la FSMA et le ministre Kris Peeters à veiller à ce que le nouvel assureur présente toutes les garanties nécessaires pour les détenteurs d'un compte FIRST.

Test-Achats rappelle qu'elle a chaque fois déconseillé aux clients d'Ethias d'accepter la prime de sortie proposée. "En se retirant du compte First, les clients d’Ethias se privent d’un taux garanti (à vie) élevé, puisqu'il atteint en moyenne, sur l’ensemble des contrats, quelque 3,50%", peut-on lire dans un communiqué.

Sans informations supplémentaires sur les éventuels repreneurs, Test-Achats estime qu'Ethias n’agit pas au mieux des intérêts de ses clients puisque ces derniers ne savent pas si leur argent sera confié à un assureur réputé et solide financièrement ni s’ils bénéficieront d’une protection adéquate en cas de faillite de cet assureur. 

Solvabilité

À 147% actuellement, la solvabilité de la compagnie va donc repasser avec cette nouvelle opération, au-dessus de la barre des 150% qu’elle s’est fixée comme objectif (le minimum requis étant de 100%). Il y a un an, l’assureur en était à 111% et la Banque nationale avait exigé de l’assureur un plan de rétablissement financier pour faire le sortir de la zone rouge. D’autant que les stress tests menés au niveau européen avaient conclu qu’Ethias ne résisterait pas à un nouveau grand choc économique.

Pour rappel, les actionnaires d’Ethias (État fédéral, les Régions wallonne et flamande ainsi qu’Ethias Droit Commun regroupant les collectivités à l’origine de l’assureur) se sont mis d’accord au début de ce mois pour ne pas vendre la maison avant 2019. De quoi stopper les spéculations sur le futur de l’assureur, du moins jusqu’aux prochaines élections législatives.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect