Le Nasdaq surenchérit sur la Bourse d'Oslo

©EPA

Euronext avait lancé mi-janvier une offre à 625 millions d'euros sur l'opérateur boursier norvégien. Nasdaq annonce désormais le dépôt d'une offre supérieure.

La bataille fait rage pour s'approprier la Bourse d'Oslo. Euronext avait lancé mi-janvier une offre à 625 millions d'euros et se montrait plutôt confiante quant à l'issue de cette opération. Dans la foulée, on apprenait que l'institution était convoitée par d'autres opérateurs boursiers.

Aujourd'hui, le Nasdaq sort du bois et annonce une offre 5% supérieure à celle d'Euronext. Elle valorise la Bourse norvégienne à 6,537 milliards de couronnes norvégiennes (145 couronnes par action), soit quelque 673 millions d'euros . Il s'agit d'une prime de 38% par rapport au cours de clôture du 17 décembre 2018.

Tout comme Euronext s'était assuré du soutien de certains actionnaires (50,5% du capital), Nasdaq indique avoir le soutien du conseil d'administration de la Oslo Børs. "Le conseil d'administration et la direction exécutive d'Oslo Børs VPS (la holding de contrôle de la Bourse d'Oslo, ndlr) ont unanimement décidé de recommander aux actionnaires d'accepter l'offre et de ne pas accepter l'offre d'Euronext."

La banque norvégienne DNB, premier actionnaire avec une participation proche de 20%, a déclaré qu'elle vendrait ses titres à Nasdaq. Deux autres actionnaires comptent faire de même, le fonds de pension KLP et la banque Sparebanken Vest, avec des participations respectives de 10% et 1,6%. Ces trois actionnaires avaient déjà laissé entendre qu'ils n'accepteraient pas l'offre d'Euronext.

Du côté de la bourse norvégienne, la position est claire: elle ne souhaite pas un rachat par Euronext d'où sa quête d'alternatives. 

Toute prise d'une participation supérieure à 10% dans la Bourse est conditionnée à l'aval des autorités norvégiennes.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content