Le déménagement d'Allianz exacerbe encore les tensions sociales

©Immobel / ASSAR ARCHITECTS / Marc Detiffe

Allianz Belgique déménagera dans le quartier Nord de Bruxelles le mois prochain. Ce qui suscite de nouvelles crispations des travailleurs envers la direction dans une atmosphère déjà tendue.

Depuis le mois de décembre, le climat social s’est fortement dégradé dans les rangs de la compagnie d’assurance Allianz Belgique. Alors que les travailleurs avaient exprimé leur ras-le-bol quant au manque d’effectifs et à l’importante charge de travail, la direction avait répondu en annonçant la suppression de 75 emplois lors des trois prochaines années.

Une décision qui n’a évidemment pas permis de calmer les tensions avec les syndicats. Une semaine plus tard, une victime collatérale était enregistrée : Wilfried Neven, le CEO de l’entreprise, était débarqué avec effet immédiat et remplacé par Kathleen Van den Eynde, responsable de l'investissement en Vie & Santé de la compagnie pour le Benelux (qui conserve toujours cette fonction également).

75
emplois
En décembre, alors que le personnel dénonçait la charge de travail, la direction d'Allianz Belgique annonçait la suppression de 75 emplois d'ici fin 2022.

Une nomination qui a suscité "l’espoir" des organisations syndicales, mais force est de constater qu’un mois plus tard, c’est toujours la soupe à la grimace. "C’est une nouvelle direction, il faut lui laisser un peu de temps", tempère Fatima Daidou, permanente CNE. "Le problème est que nous discutons essentiellement avec la direction RH, qui ne dispose d’aucun pouvoir décisionnel."

"Le dialogue est très difficile", confirme Yves Flamand, permanent SETCa. "Le climat a fortement changé" ces derniers mois, ajoute-t-il. "Nous n’avons plus beaucoup de marge de liberté."

Suppression du pointage

De plus, de nouveaux griefs se sont ajoutés à l’actif des employés ces dernières semaines. En mars, la compagnie quittera ses bureaux de la place De Brouckère pour migrer vers le quartier Nord, sur le boulevard Roi Albert II, dans une tour du projet Möbius. Un déménagement qui impliquera naturellement quelques changements logistiques et organisationnels. Sauf que certains d’entre eux sont "imbuvables" pour les travailleurs.

Même l’inspection sociale estime qu’il faut une vraie compensation.
Fatima Daidou
CNE

Tout d’abord, la direction entend supprimer le pointage via un badge à l’entrée du bâtiment, pour prendre en compte le moment où l’employé se connecte à son ordinateur. Une modification qui implique une importante différence en termes de prestation. "Le nouveau bâtiment fait une vingtaine d’étages, vous imaginez bien que c’est une chose de badger en entrant, et que c’en est une autre de devoir aller au quinzième et de se loguer", explique Yves Flamand.

Pour compenser la différence, la direction a proposé aux syndicats une demi-journée de congé supplémentaire par an. "Cela signifie un temps de trajet moyen d’une minute entre l’entrée et le bureau…", soupire Yves Flamand. "Même l’inspection sociale estime qu’il faut une vraie compensation", embraie Fatima Daidou. Imbuvable donc pour le personnel.

Problème de mobilité

Les réunions ne progressent pas. Quand vos interlocuteurs changent sans cesse, personne ne sait jamais où on en est.
Fatima Daidou

Ensuite, le nouvel édifice d’Allianz disposera de moins de places de parking. Une solution pour y remédier était de laisser la possibilité aux travailleurs d’effectuer davantage de journées de télétravail. "La direction a proposé deux jours de télétravail pour ceux qui acceptaient d’abandonner le pointage", explique Yves Flamand. "Une proposition malsaine", estime-t-il. Le télétravail se trouve dès lors limité, ce qui va potentiellement exacerber les problèmes de mobilité pour les employés de la compagnie allemande.

Les négociations sont toujours au point mort. "Nous sommes le plus souvent confrontés à des consultants externes", indique Fatima Daidou. "Les réunions ne progressent pas. Quand vos interlocuteurs changent sans cesse, personne ne sait jamais où on en est."

De quoi réveiller le spectre de nouvelles actions syndicales au sein de l’entreprise.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect