Les assureurs refusent une hausse salariale récurrente à leurs travailleurs

©Photo News

On croyait l'accord pour le secteur des assurances sur les rails. C'était sans compter le volet marge salariale. Réunis en commission paritaire, syndicats et patrons peinent à se mettre d'accord sur la récurrence de la hausse du pouvoir d'achat.

Alors qu'un accord est quasi bouclé en commission paritaire pour le secteur des assurances, sa finalisation bloque sur un point, et pas des moindres: le pouvoir d'achat.

Les syndicats revendiquent l'application de l'accord sur la marge salariale de 1,1%, mais les patrons veulent, eux, se limiter à une prime unique.

"Les employeurs ne veulent pas de la récurrence, ce qui ne correspond pas à l'accord sur la marge salariale", explique Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du SETCa, à l'occasion d'une interruption de la réunion.

De leur côté, une septantaine de salariés du secteur se sont massés sous les fenêtres du SPF Emploi afin de montrer leur détermination. "Du vrai pouvoir d'achat récurrent, pas de cacahuètes", scandaient-ils.

"Ceci est inacceptable pour les travailleurs du secteur au vu des résultats obtenus ces dernières années par les assureurs", souligne Fatima Daidou, CSC. Elle n'exclut pas le dépôt d'un préavis de grève si la situation ne se débloque pas.

Rendez-vous avec les banquiers

Dans le secteur bancaire, une rencontre est prévue le 24 septembre prochain. Syndicats et patrons s'étaient déjà rencontrés en juin dernier, mais le constat d'échec était flagrant. Les syndicats reprochaient aux employeurs d'être venus sans aucun mandat de négociation. Ils avaient dénoncé la manoeuvre via une lettre ouverte envoyée aux banquiers du royaume.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect