Les discussions à l'arrêt entre assureurs et syndicats

©BELGA

Pas encore de fumée blanche à la commission paritaire relative au secteur de l'assurance. La hausse récurrente des salaires constitue toujours la pierre d'achoppement.

Les délégués syndicaux et les représentants des employeurs du secteur des assurances se sont quittés vendredi soir sans accord. C'est toujours la question de la marge salariale qui bloque, même si le patronat a posé un geste de bonne volonté, selon les syndicats, en proposant une prime pour 2020 et une augmentation récurrente à partir de 2021. Une proposition qui demeure cependant insuffisante pour les travailleurs.

"La réunion s'est terminée sur un constat mi-figue mi-raisin", déclare Fatima Daidou de la CSC. "Les employeurs ont changé de curseur, mais ce qui est sur la table reste insuffisant.

Un constat qui est partagé par Jean-Michel Cappoen de la FGTB. "On nous a soumis une augmentation récurrente à partir de 2021, mais un nouvel accord doit être négocié à ce moment-là. Il y a un blocage sur le principe. Les accords doivent concerner la période en question, soit 2019-2020."

Un plan d'action dans le pipeline

La prochaine commission paritaire doit se tenir le 7 octobre, mais les organisations syndicales entendent maintenir la pression. Un plan d'action est prêt à être déployé dès la semaine prochaine, selon Fatima Daidou. Les syndicats espèrent cependant une réaction prompte des employeurs. Des contacts sont prévus dans les prochains jours. Dans tous les cas, l'ambition est d'accoucher d'un accord pour la fin du mois.

Les syndicats revendiquent l'application de l'accord sur la marge salariale de 1,1%, mais les patrons voulaient, eux, se limiter à une prime unique, avant leur proposition de vendredi après-midi.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect