Un plan de rétablissement pour assurer l'avenir d'Integrale

Integrale est une filiale du groupe Nethys. ©BELGAIMAGE

L’assureur vie Integrale, filiale de Nethys, va mettre en place un plan de rétablissement pour doper sa solvabilité. Pas de plan social en vue... pour le moment.

Ce jeudi, le conseil d’administration d’Integrale a rendu public les comptes de l’année 2019 qui se clôturent sur un résultat opérationnel positif de 43,5 millions euros.

Par contre, la chute des taux à long terme (accentuée par la crise sanitaire), la dégradation des marchés financiers et les changements de réglementation ont réduit le ratio de solvabilité d’Integrale en 2020 à un niveau inférieur à 100% alors qu’il se situait encore à 113% fin 2019 et à 154% fin 2018.

"Ce plan de rétablissement ne sera toutefois pas suffisant pour répondre aux objectifs qu’Integrale s’est fixée."
Michel De Wolf
Président du conseil d'administration d'Integrale

"Notre activité quasi-exclusive en assurance-vie par rapport à d’autres acteurs du marché qui disposent d’une gamme étendue de produits non liés à l’assurance-vie, explique largement la baisse et la forte volatilité de ce ratio", explique le président du conseil d'administration d'Integrale Michel De Wolf.

Comme nous le révélions le mois dernier, ce n'est pas la première fois que la solvabilité de l’assureur pose problème. En 2018, Nethys avait été contraint de vendre ses parts au sein de Publi-T et Publigaz afin de renforcer les fonds propres d'Integrale à hauteur de 166 millions d'euros.

Pas de plan social

Face à cette situation, Integrale explique avoir informé la Banque nationale et avoir introduit un plan de rétablissement visant à "augmenter son ratio de solvabilité".

Ce fameux plan se compose "d’actions managériales de réduction de risque et se fonde sur la constatation que son actionnaire principal a entamé un processus de vente de sa participation dans Integrale qui conduira à un renforcement actionnarial", selon un communiqué de l'entreprise. Il ne comprend aucune forme de plan social.

"Ce plan de rétablissement ne sera toutefois pas suffisant pour répondre aux objectifs qu’Integrale s’est fixée, à savoir retrouver un ratio de capital requis de 125%, mieux à même de favoriser le développement harmonieux de toutes les activités de l’entreprise", concède toutefois Michel De Wolf.

La banque BNP Paribas a été mandatée pour opérer la vente de l'assureur d'ici la fin de l'année. Plusieurs groupes auraient fait part de leur intérêt, mais toutes les pistes sont actuellement "en cours d'analyse".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés