Ageas assure avec son nouveau plan stratégique

Bart De Smet, le CEO d'Ageas. ©BELGA

Le plan stratégique à trois ans dévoilé mercredi après Bourse par le groupe d'assurances Ageas a séduit analystes et investisseurs. Retour sur quelques chiffres-clés de Connect21.

Un peu plus de deux mois après le feu vert donné à l’accord à l’amiable détachant l'énorme boulet Fortis rivé aux pieds d’Ageas depuis une décennie, le groupe d’assurance a présenté, hier soir, son nouveau plan stratégique sur trois ans de 2019 à 2021.

Baptisé Connect21, il balise les axes de développement d’Ageas qui entend dépasser le cadre de ses activités traditionnelles d’assurance, se reposer sur des partenariats existants ou nouveaux et se concentrer sur l’Europe et l’Asie. Entre autres choses.

Ce plan qui a été bien accueilli en Bourse -le titre prenait 1,6% à 45,22 euros en fin de matinée- comprend également quelques objectifs chiffrés, of course. On retiendra une croissance annuelle moyenne du bénéfice par action comprise entre 5 et 7%, un taux de distribution des dividendes d’au moins 50% du résultat net du groupe et un programme de rachat d’actions propres d’au moins 150 millions d’euros par an, "excepté en cas d’acquisition significative."

Une acquisition qui pourrait intervenir dans un quatrième pays en Europe, les Pays-Bas semblant exclus. La priorité reste cependant donnée aux marchés existants.

Statu quo chez ING

"Ageas a modifié la base du ratio de distribution du dividende ('pay-out ratio') passant de 40 à 50% de son bénéfice net tiré de l’assurance à plus de 50% du résultat du groupe, souligne Albert Ploegh d’ING qui table sur un dividende par action de 2,25 euros en 2020. Il salue l’engagement fort pris par l’assureur sur le retour du capital vers les actionnaires via un plan annuel de rachat d’actions mais il ne touche ni à sa "reco" (conserver) ni à son objectif de cours (43 euros).

"La seule surprise négative"

"Un taux de distribution accru au niveau du dividende doublé d’un rachat d’actions propres récurrent est un message plein de confiance adressé au marché " relève, pour sa part, Jason Kalamboussis de KBC Securities. L’analyste considère également l’objectif de croissance du bénéfice par action, qui n’existait pas avant, comme un autre signe des perspectives solides à venir. Il regrette toutefois l’absence d’objectif en termes de génération de cash. "Ce fut la seule surprise négative". L’analyste a relevé son objectif de cours d’un euro à 45 euros sans modifier son avis (conserver).

Indications claires

Même mouvement chez Degroof Petercam où l’on est passé de 43,5 euros à 45,5 euros tout en restant à "conserver". "Avec l’expiration de l’option put sur AG Insurance (BNP Paribas Fortis a décidé de ne pas vendre sa participation dans la filiale belge d'Ageas, Ndlr) et l’héritage de Fortis probablement réglé fin de l’année, il est bon de voir Ageas donner des indications claires sur sa façon de traiter ses excédents de capitaux " souligne Bart Jooris. Il s’attend à un "pay-out" de 51% des résultats du groupe alors qu’il était de 45% pour l’exercice 2017.

Kepler Cheuvreux a également relevé son "target" sur l’action à 43 euros contre 40 euros avant et maintenu son conseil à "conserver".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés