Ageas confirme le versement du dividende

Ageas, qui présente ses résultats trimestriels, annonce le départ de son président Jozef De Mey à l'automne. ©REUTERS

L’assureur versera un dividende de 2,65 euros par action pour l’exercice 2019, en dépit des recommandations des régulateurs.

Ageas confirme le versement d’un dividende de 2,65 euros pour l’exercice 2019 à l’occasion de la publication de ses résultats pour le deuxième trimestre.

En février dernier, avant que la pandémie ne prenne son ampleur actuelle, le groupe d'assurance avait arrêté le montant de son dividende à l’occasion de la publication de ses résultats annuels.

"Compte tenu de la solidité confirmée de son bilan et de la persistance d’une forte position de Solvabilité, Ageas confirme à nouveau son intention de distribuer un dividende brut en espèces de 2,65 euros par action au cours de l’exercice 2019"

En mars, malgré la recommandation de l’EIOPA, le superviseur européen du secteur de l’assurance, Ageas avait maintenu le versement tout en procédant à un ajustement. Un versement d’un premier dividende de 0,27 euro avait ainsi été approuvé par l’assemblée générale du 20 mai.

Dividende, mais pas de rachats d'actions

A peine une semaine après la nouvelle requête de la Banque nationale, la maison mère d'AG Insurance a réitéré sa volonté de gâter ses actionnaires. "Compte tenu de la solidité confirmée de son bilan et de la persistance d’une forte position de Solvabilité, Ageas confirme à nouveau son intention de distribuer un dividende brut en espèces de 2,65 euros par action au cours de l’exercice 2019", indique la compagnie. Ce sera à l’assemblée générale du 22 octobre prochain de se prononcer sur ce versement.

"Nous comprenons la position des régulateurs", commente Bart De Smet, le CEO d'Ageas. "Mais nous avons minutieusement étudié notre position au cours des derniers mois en interne et mené plusieurs stress tests pour voir comment nous pouvons traverser cette crise. Nous disposons de suffisamment de liquidités et notre position en termes de solvabilité demeure solide. Cela nous donne assez de confiance pour concrétiser notre promesse de dividende."

En ce sens, Ageas suit l'exemple d'autres grosses entreprises du secteur comme Axa ou Allianz.

Ageas indique cependant que, compte tenu des recommandations de cette même Banque nationale, elle suspend le lancement de son nouveau programme de rachats d’actions propres, qui s'élève à 150 millions d'euros.

Bonne résilience du non-vie

Pour ce qui concerne les résultats à proprement parler, Ageas a réalisé un résultat net de 339 millions d’euros au deuxième trimestre, surpassant les prévisions des analystes qui misaient sur un bénéfice net de 225,5 millions d’euros.

L’assureur explique ces chiffres par "l’excellent résultat en non-vie qui compense amplement le résultat plus faible en vie".

Effet Fresh

Sur l’ensemble du semestre, le résultat du groupe s’établit à 791 millions d’euros, en incluant la plus-value de 332 millions d’euros générée par les transactions sur les titres Fresh, des obligations convertibles émises à l’époque de Fortis.

500
millions d'euros
Ageas indique que le paiement du dividende intermédiaire pèsera un demi-milliard d’euros sur ses capitaux propres.

Les encaissements du groupe, en vie et non-vie, reculent de 5% sur le semestre pour retomber à 20 milliards d’euros, malgré une reprise des versements des primes en Asie au deuxième trimestre. Son ratio de solvabilité II s'élève à 192%, en ce compris l'impact négatif de l'offre sur les titres Fresh.

"Techniquement, le premier semestre de cette année est meilleur que celui de l'année passée", indique Bart De Smet. "Nous avons l'avantage d'avoir une diversification géographique et dans nos métiers." Ainsi, les encaissements ont augmenté en Chine sur l'ensemble du semestre, alors que leur volume avait rencontré une baisse de 15% au premier trimestre.

Les capitaux propres du groupe ont augmenté pour s’élever à 11,4 milliards d’euros. Ageas indique que le paiement du dividende intermédiaire pèsera un demi-milliard d’euros sur ses capitaux propres.

La crise du Covid-19 n'a pas frappé Ageas aussi violemment que d'autres compagnies dans le secteur. "Les produits annulation événement et annulation voyage sont très peu présents dans notre portefeuille", fait valoir Bart De Smet.

Malgré le contexte économique morose, l'entreprise pense pouvoir atteindre ses objectifs financiers initiaux, à savoir un résultat sous-jacent se situant entre 850 et 900 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice.

Départ du président

Le groupe a par ailleurs annoncé le départ de son président, Jozef De Mey qui occupait le poste depuis 2009. Si son mandat courait jusqu'en mai 2021, l'homme a demandé à se retirer dès le 22 octobre 2020, soit à l'issue de l'assemblée des actionnaires .

Bart De Smet, CEO, rappelle que "sous la présidence de Jozef, Ageas est devenue une compagnie d’assurances confiante et rentable qui a su tourner la page de l’héritage Fortis tout en développant sa présence en Europe et en renforçant sa présence en Asie grâce à des partenariats fructueux".

Ageas annonce que la succession est déjà planifiée et que le candidat proposé sera présenté ultérieurement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés