analyse

Ageas en voie de déconfinement dans le dossier Fortis

Une plainte émanant de Patrinvest dans le cadre de l'affaire Fortis doit encore être examinée en appel. Le dernier caillou dans la chaussure de Bart De Smet, CEO d'Ageas? ©BELGA

En l'espace de quelques jours, deux affaires judiciaires liées à l'héritage Fortis viennent de trouver leur conclusion à la grande satisfaction d'Ageas. Les analystes financiers restent toutefois très divisés sur le potentiel du groupe d'assurance.

Chez Ageas , c’est manifestement l’heure du déconfinement des dossiers judiciaires liés à l’affaire Fortis.

Fin mai, la Cour de cassation donnait raison à l’assureur en rejetant les demandes d’anciens détenteurs d’obligations convertibles de Fortis qui tentaient depuis plusieurs années d’annuler la conversion d’obligations réalisée par Ageas en décembre 2010. Ces titres avaient été émis en 2007 dans le cadre de la tentative de rachat d’ABN Amro.

Indifférence en bourse

La fin du lockdown semble également avoir des vertus apaisantes et faciliter la conciliation puisque, lundi matin, Ageas a également annoncé un accord à l’amiable avec l’avocat Mischaël Modrikamen et ses quelque 150 clients.

Ageas a ainsi accepté de verser une compensation conforme à l'accord néerlandais aux clients de Me Modrikamen qui ont exercé leur option de non-participation dans l’accord Fortis. Me Modrikamen percevra, lui, un montant pour couvrir les frais et les dommages liés aux procédures judiciaires.

Globalement, les analystes financiers, restent divisés sur le potentiel d’Ageas.

Dans son communiqué, Ageas ne donne aucun montant. Bart De Smet, son CEO, se dit simplement heureux d’avoir conclu cet accord qui constitue une nouvelle étape importante pour mettre un terme aux héritages du passé.

En bourse, pas d’euphorie. Le titre a cédé 1,77% sur la séance de lundi, pour clôturer à 36,03 euros. Depuis le début de l’année, la capitalisation boursière de l’assureur a fondu de plus de 30%.

Targets de 25 à 55 euros

Chez KBC Securities ("accumuler"; 47,5 euros), on estime que c’est une bonne chose de voir se clore une affaire aussi médiatique et complexe d’un point de vue légal impliquant BNP Paribas.

Bien qu’on ne connaisse pas le montant de cet accord, Jason Kalamboussis précise que le nombre de clients tourne autour de 140 et que ce montant est déjà compris dans des provisions. Il n’y aura donc pas d’impact au niveau du groupe, assure-t-il.

55
euros
La Société Générale a fixé un target de 55 euros pour Ageas, le plus élevé parmi les brokers.

L’analyste rappelle toutefois que la dernière affaire de taille qui reste pendante avec un investisseur institutionnel concerne Patrinvest, le holding d’Alexandre Van Damme présent dans le capital d’AB InBev. Il a perdu en première instance et a fait appel. La plainte tournerait autour de 150 millions d’euros.

Globalement, les analystes financiers restent divisés sur le potentiel d’Ageas avec 7 recommandations d’achat, 10 conseils à conserver et 5 à vendre. L’objectif de cours moyen atteint 38,48 euros avec un plus haut de 55 euros visé par la Société Générale et un plus bas de 25 euros fixé par Goldman Sachs. Précisons que la banque d’affaires n’a pas mis à jour sa valorisation depuis la fin mars.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés