Ageas tutoie le milliard d'euros de bénéfices, mais déçoit

La compagnie d’assurance a chatouillé le milliard d’euros de bénéfices nets en 2019. Présent en Asie, et plus particulièrement en Chine, Ageas ne s'inquiète pas des conséquences directes du coronavirus sur ses activités. Les résultats du groupe ne séduisaient toutefois pas le marché, où l'action a chuté.

Le groupe d’assurance Ageas a réalisé un bénéfice net de 979 millions d’euros (+21%) au cours de l’exercice 2019, soit une performance record pour l’entreprise née sur les cendres de Fortis. Le ratio de solvabilité du groupe atteint 217%

Le résultat net est cependant légèrement en deçà des attentes des analystes, qui tablaient en moyenne sur un montant de 1,014 milliard d’euros. Bart De Smet, le CEO d’Ageas, avait également estimé à la suite de la publication des résultats du troisième trimestre que sa compagnie était en mesure de franchir le cap symbolique du milliard d’euros en 2019.

Ces bons chiffres s’expliquent par "de solides performances" en Belgique et en Europe continentale, ainsi que par un "résultat exceptionnellement élevé" en Asie, selon Bart De Smet.

Si les résultats n'ont pas atteint les sommets espérés, c'est notamment parce qu'ils ont été plombés au dernier trimestre par l’inflation de sinistres en automobile, dont ceux avec un montant conséquent, observée au Royaume-Uni.

En Europe continentale, l’année 2018 avait pu compter sur le fruit de la vente de Cardif Luxembourg, soit une contribution de 17,3 millions d’euros. La réévaluation du passif RPN, un héritage complexe en lien avec des instruments financiers de Fortis, a également eu un effet négatif de 106 millions d’euros.

Tous les résultats de sociétés

Compte-rendus et analyses des résultats de sociétés dans notre dossier spécial.

Activités asiatiques

L'Asie constitue un marché porteur pour Ageas, qui s'y est progressivement implanté ces dernières années sur le segment vie. La compagnie est notamment présente en Chine, en Malaisie, en Thaïlande, au Vietnam et aux Philippines. Alors que des analystes s'inquiètent de l'impact du coronavirus sur les activités de l'entreprise, Bart De Smet se veut rassurant.

L'impact indirect provenant du ralentissement économique, de la volatilité des marchés financiers et des taux d'intérêt pourrait influencer nos activités commerciales et nos résultats en Asie.
Bart De Smet
CEO d'Ageas

"L'impact direct de l'ensemble des réclamations liées au COVID-19 devrait être limité", souligne-t-il. "Cependant, l'impact indirect provenant du ralentissement économique, de la volatilité des marchés financiers et des taux d'intérêt pourrait influencer nos activités commerciales et nos résultats en Asie."

La Belgique toujours primordiale

Le marché belge demeure essentiel pour Ageas, qui en détient plus de 21% via sa filiale AG Insurance. Le résultat net de l'année 2019 est en progression par rapport à 2018 grâce au résultat d'investissement en vie. Celui-ci compense les chiffres plus faibles en non-vie; des chiffres tirés vers le bas par des sinistres plus importants en maladie et en accident, ainsi qu'en automobile.

2,65
euros
Le conseil d’administration propose un dividende en numéraire de 2,65 euros.

Les encaissements sur le segment vie ont augmenté "grâce à de fortes ventes de produits à taux garanti", précise Ageas. 

Fortis, suite et bientôt fin?

La compagnie explique encore ses bons résultats par la modernisation de sa structure de capital. Ageas a racheté en janvier 65,5% des titres Fresh, des obligations convertibles émises à l'époque de Fortis, pour un montant de 818 millions d'euros. "Cette offre d'achat au premier trimestre 2020 se solde par une dépense de 513 millions d'euros et un gain sur l'extinction de la dette, après liquidation du swap de taux d’intérêt associé, de 306 millions d'euros", précise l'entreprise.

Relire notre article| Ageas lève 750 millions d'euros

Bart De Smet a indiqué qu’il entendait clore le chapitre Fortis dans le courant de l’année.

Ageas est encore empêtrée dans le règlement de la tentaculaire affaire Fortis. Elle a déjà déboursé 702 millions d’euros au profit des actionnaires dupés. Sur les quelque 290.000 victimes qui ont introduit une demande, 209.000 ont déjà perçu une indemnité partielle. Bart De Smet a indiqué qu’il entendait clore ce chapitre dans le courant de l’année. Pas moins de 1,3 milliard d’euros ont été provisionnés dans ce but.

Le conseil d’administration propose un dividende en numéraire de 2,65 euros, soit un ratio d’attribution de 50% du résultat net. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés