Après Lhoist ou Delhaize, AvH liquide sa filiale "notionnelle". Pourquoi?

©Thomas De Boever

Le mouvement de retrait des banques internes s’amplifie en Belgique. Le rabotage des intérêts notionnels pousse à présent le holding AvH à dissoudre sa filiale spécialisée.

Après le groupe carrier Lhoist, qui a relogé sa banque interne en Irlande, après Delhaize et bien d’autres grandes sociétés ayant pignon sur rue en Belgique, c’est au tour du holding Ackermans & van Haaren (AvH) de faire le ménage au niveau de sa filiale de financement interne. Le sociétaire de l’indice Bel 20 vient en effet de procéder à la dissolution et à la liquidation de sa filiale AvH Coordination Center. Celle-ci avait encore pour quelque 669 millions d’euros de capitaux propres, capitaux qui restent bien sûr dans le groupe mais à un autre étage désormais. 

669 millions d'euros
Capitaux
La banque interne d'AvH disposait encore de quelque 669 millions d’euros de capitaux propres.

AvH Coordination Center était, comme son nom l’indique, l’ancien centre de coordination du groupe. Lorsque la Belgique avait supprimé son régime fiscal favorable à ce type de véhicule pour le remplacer par le système des intérêts notionnels (déduction pour investissement), AvH avait fait comme la plupart des autres sociétés concernées : le groupe avait transformé sa filiale de coordination en une banque interne. Lourdement chargée en capitaux, celle filiale lui a permis, durant des années, de jouer abondamment la carte des intérêts notionnels.

Mais à présent que le gouvernement a détricoté le système, AvH en a tiré les conclusions. La déduction pour intérêts notionnels ne s'applique plus désormais, pour rappel, au total des fonds propres de l'entreprise, mais uniquement aux nouveaux fonds propres, sachant que le calcul se fera sur la moyenne des augmentations sur les cinq dernières années. Combinée avec le bas niveau des taux d’intérêt, la mesure a vidé le système d’une bonne partie de son attrait. Au siège du holding anversois, on nous confirme que la diminution du régime notionnel, alliée à la réduction des activités de la filiale au fil du temps, explique la décision de mise en liquidation. Sans que cela change quoi que ce soit au niveau des finances du groupe, bien sûr, puisqu’il s’agit d’une opération intra-groupe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content