AvH note encore une diminution de sa trésorerie

Jan Suykens, CEO de AvH ©BELGA

Outre la trésorerie, tous les voyants sont au vert pour le holding Ackermans & van Haaren. Le groupe CFE, détenu à près de 61% par AvH, termine son exercice trimestriel avec un chiffre d'affaires en hausse et un carnet de commandes stable. Comme pour quasi toutes les autres participations du holding, les premiers mois de l'année sont donc cléments.

Ackermans & van Haaren poursuit en mode croissance. Au cours du premier trimestre, le holding a investi quelque 28 millions d'euros avec notamment une révision accrue de ses participations dans CFE et Rent-A-Port. Les voyants restent au vert pour le reste de l'année. "Le groupe vise une nouvelle extension de son portefeuille, à la fois en consolidant les participations existantes et en procédant à de nouveaux investissements. Les premiers investissements de 2019 en sont la confirmation", lit-on dans un communiqué.

Le holding affirme disposer de suffisamment de moyens financiers pour assouvir sa croissance. "La vente annoncée de la participation dans HPA renforcera encore la capacité financière du groupe et générera en outre une importante plus-value pour l’exercice 2019." Cela étant, AvH fait état d'une trésorerie nette de 78,7 millions d'euros contre 102,9 millions fin décembre. Une nouvelle baisse donc.

Ackermans & van Haaren, c'est aussi 5 domaines d'activité:

→ Marine Engineering & Contracting: avec les sociétés DEME (AvH 60,8%), CFE (60,8%)
→ Private Banking: Delen (78,75%), J. Van Breda & C° (78,75 %)
→ Real Estate & Senior Care: Leasinvest (30%), Anima Care (92,5%), Extensa (100%), HPA pour lequel un accord de principe de vente a été conclu avec DomusVi et devrait être finalisé fin du deuxième trimestre.
→ Energy & Resources: Sipef (31,59%)
→ AvH Growth Capital: Mediahuis (13,2%) qui a annoncé début mai son intention d'acquérir l'Irlandais News & Media. Fin février, AvH a pris une participation de 60% dans Biolectric. 

CFE

Le groupe qui détient DEME (voir ci-dessous) affiche un chiffre d'affaires trimestriel en progression de 5,6%. Il s'établit à 838,4 millions d'euros. Le carnet de commandes reste stable d'une année à l'autre à 5,3 milliards d'euros. Quant à l'endettement financier net, il ressort en hausse à 715,5 millions d'euros.

Qu'attendre pour l'année 2019? La direction de l'entreprise réitère ses prévisions: le chiffre d'affaires de DEME devrait se maintenir avec une marge d'Ebitda (en % du chiffre d'affaires) comprise dans la fourchette entre 16 et 20%. Le pôle "contracting" est attendu au minimum stable avec un résultat opérationnel en légère hausse. Pour le pôle "promotion immobilière", le résultat opérationnel devrait rester stable.

 

DEME 

Le groupe spécialisé dans le dragage note pour le 1e trimestre un chiffre d'affaires en hausse de 5% à 613,8 millions d'euros. Des contrats au Moyen-Orient, en Inde et en Afrique ont boosté les revenus de l'activité dragage classique. Sa dette financière (IFRS16) s'établit à 681,3 millions d'euros.

DEME Offshore a complété sa gamme d'offres de services et représente désormais quelque 40% du chiffre d'affaires du groupe. DEME annonce aussi la bonne tenue de ses autres activités (environnement, agrégats marins pour la construction et génie civil hydraulique).

Pour le reste de l'exercice, DEME fait état d'un carnet de commandes atteignant les 3,9 milliards d'euros (contre 4 milliards fin 2018).

Delen Private Banking

Bon début d'année pour Delen. Le banquier privé a réussi à compenser la diminution des actifs confiés fin 2018; recul lié aux perturbations des marchés boursiers. Désormais Delen (avec JM Finn et Oyens & Van Eeghen) gère 40,8 milliards d'euros.

Banque J. Van Breda & C°

"Solides performances", se targue AvH pour qualifier le premier trimestre de la banque J. Van Breda & C°. Les avoirs des clients grimpent à 15,1 milliards d'euros avec 5,1 milliards d'euros de dépôts et 10 milliards de produits hors bilan.

L'encours des crédits s'élève à 4,9 milliards d'euros.

SIPEF   

Des conditions météo défavorables ont entraîné, au premier trimestre, une baisse de la production d’huile de palme de Sipef (- 5,75%). Le groupe de plantation s’attend toutefois à ce que la tendance actuelle se transforme, au cours de l'année, en un chiffre de croissance positif. La production de caoutchouc s’est également inscrite en recul (-10,7%). Par contre, des évolutions positives ont été constatées pour la production du thé (+24%) et de bananes (+19,6%).

Autre point positif: le prix de l’huile de palme s’est repris après le niveau bas du quatrième trimestre. Le prix moyen s’élevait à 540 dollars par tonne.

Jusqu’à présent, Sipef a vendu 37% de la production attendue de l’huile de palme pour 2019 à un prix moyen de 586 dollars par tonne. C’est 152 dollars de moins que le prix moyen de 738 dollars pour la même période de l’an passé. À l’époque, 50% des volumes avaient déjà été vendus. L’huile de palme est la principale culture de Sipef et représentait, l’an dernier, 95% environ du bénéfice.

Sipef ne donne pas de prévisions financières.

Leasinvest

Leasinvest affiche des résultats trimestriels très positifs avec des revenus locatifs en hausse de 17,5% grâce, notamment, à plusieurs projets de rénovation.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect