AXA reste leader de l'assurance dommages mais perd du terrain

AXA a vu ses encaissements augmenter l'année passée, tandis que son résultat opérationnel est resté quasiment stable.

La pandémie réussit bien aux assureurs. AXA Belgique, le leader de l'assurance non-vie dans le royaume, a vu l'encaissement de primes progresser de 1,6% l'an passé, pour atteindre 3,36 milliards d'euros. Une croissance essentiellement due aux assurances pension (+6,1%) et aux assurances santé (+13,6%). Le résultat opérationnel de l'assureur est en léger repli de 0,6% par rapport à 2019 pour atteindre 378 millions d'euros.

L'assureur a gagné des parts de marché sur ces deux segments: il détient maintenant 9% (+1,2%) du marché de l'assurance pension et 8% (+1,1%) de celui de l'assurance santé. AXA reste le leader belge de l'assurance non-vie, mais voit ses parts de marché baisser de 0,4%, pour atteindre 17,8%. Les activités dommages pour indépendants et entreprises ont essuyé un recul de 3,5%, conséquence de la crise économique générée par la pandémie.

"Les nouvelles voitures assurées coûtent de plus en plus cher à la réparation. Il y a dix ans, ce n'était que de la tôle et du plastique, alors qu'aujourd'hui, ce sont des iPad roulant."
Jef Van In
CEO AXA Belgique

Leader en automobile

En tant que premier assureur automobile du royaume, on pourrait s'attendre à ce qu'AXA Belgique ait tiré profit des mesures de confinement et de la baisse de la mobilité. "C'est un peu plus compliqué que cela", tempère Jef Van In, CEO de la compagnie depuis maintenant cinq ans.

"Il y a eu moins d'accidents de voiture, mais ils étaient plus graves." Il rappelle que 0,25% des accidents génèrent 25% des coûts. "De plus, les nouvelles voitures assurées coûtent de plus en plus cher à la réparation. Il y a dix ans, ce n'était que de la tôle et du plastique, alors qu'aujourd'hui, ce sont des iPad roulant." Il indique ainsi que les coûts de réparation ont augmenté de 37% au cours des dix dernières années.

Importance du courtier

Parmi les enseignements de l'année 2020 figure la croissance des ventes directes de quelque 30%. "Nous avons commencé notre transformation numérique il y a cinq ans pour les particuliers, et celle-ci touche aujourd'hui à son terme", commente Jef Van In. "Nos clients peuvent aujourd'hui tout faire en ligne."

Le CEO estime cependant que le courtier aura toujours son mot à dire dans la vente de produits d'assurance. "Nous constatons effectivement que les clients qui optent pour l'achat en ligne sont en moyenne dix ans plus jeune, mais nous leur proposons un courtier dans leur région à la conclusion du contrat."

Jef Van In ne pense pas que le métier de courtier va être amené à disparaître. Celui-ci restera en tout cas un élément clé dans le réseau AXA. "On annonce la disparition du courtier depuis cinquante ans, mais il est toujours là! Son rôle a évolué, et son expertise est son principal atout, même si tous les clients n'en ont pas besoin."

1,43
euro
Le groupe AXA proposera la distribution d'un dividende de 1,43 euro par action.

Dividende du groupe

Le groupe AXA publiait également ses résultats ce jeudi. L'entreprise dirigée par Thomas Buberl a enregistré un résultat net de 3,16 milliards d'euros l'an passé, en recul de 18%. L'assureur s'estime cependant suffisamment armé que pour proposer un dividende de 1,43 euro par action, soit quasiment le double de celui fixé pour l'exercice 2019 (0,73 euro).

On n'en sait toujours pas plus sur l'acquisition d'AXA Banque Belgique par Crelan. Les deux établissements attendent toujours le feu vert des superviseurs. Dans l'autre sens, AXA Belgique intégrera les activités de Crelan Insurance, essentiellement active dans les assurances solde restant dû.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés