Bâle III: Facture non négligeable pour les banques belges

C'est en effet ce qu'indique le gouverneur de la Banque nationale qui ajoute cependant ne pas être en mesure de donner un montant.

Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, Guy Quaden, a affirmé à Trends Tendance s'attendre à voir adopter par le G20 les mesures de renforcement de capital imposées par le comité de Bâle.

"Les propositions de Bâle III doivent être encore approuvées à un niveau politique. Ce qui se déroulera probablement au G20 qui se réunit cette semaine à Séoul", a indiqué Quaden.

Interrogé sur le montant du capital supplémentaire exigé des banques belges, le gouverneur a répondu: "Il ne sera pas négligeable, mais je ne suis pas en mesure aujourd'hui de donner un montant. Il reste en effet beaucoup d'incertitudes". Et d'ajouter: "Les différents ratios ne sont pas encore chiffrés avec précision, comme le buffer contracyclique ou l'éventuelle surcharge pour les institutions systèmiques".

HSBC sur la même longueur d'onde

Un sentiment partagé par Stephen Green, patron de HSBC. "La question très importante des liquidités n'a pas été résolue de façon conclusive. Et elle est bien sûr aussi importante que celle du capital (fonds propres) pour les banques. C'est pourquoi il reste encore beaucoup à faire", a estimé Green, qui a annoncé en septembre son départ de HSBC pour devenir ministre britannique du Commerce.

"Malgré tout, l'orientation (de Bâle III) est la bonne... je pense que cela conduira à aller vers un système financier plus robuste et plus stable", a-t-il ajouté.

Une centaine de PDG, selon les organisateurs, se sont réunis à partir de mercredi à Séoul à l'initiative de la présidence sud-coréenne et plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, dont la chancelière allemande Angela Merkel, doivent prendre la parole devant eux.

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés