Bart de Smet passe la main à la tête d'Ageas

Bart De Smet reprendra, sous réserve de l'approbation de la Banque nationale, la présidence du groupe à Jozef De Mey. ©BELGA

Bart De Smet tire sa révérence et laisse la direction d'Ageas à Hans De Cuyper. Il a eu la délicate mission de gérer les conséquences de l'explosion de Fortis en 2008.

Quand il arrive à la tête de Fortis en 2009, Bart De Smet prend la direction d'un groupe en capilotade. Le psychodrame de l'année précédente est encore dans toutes les têtes, alors que le fleuron financier du Benelux vient d'être dépecé entre la France et les Pays-Bas, ne laissant à la Belgique que les lambeaux d'une compagnie d'assurances dont BNP Paribas ne voulait pas.

En une grosse dizaine d'années, le mathématicien de formation est pourtant parvenu à bâtir un édifice solide qui a pris pied sur deux continents. Rebaptisée Ageas en 2010, un changement esthétique avec un impact psychologique, l'entreprise est (de loin) le numéro 1 de l'assurance en Belgique via sa filiale AG Insurance, qui détient plus d'un cinquième du marché, vie et non-vie confondus. "Sous sa direction, l’héritage de la crise financière a été résolu et Ageas s’est transformé en un groupe d’assurances international solide et indépendant", se félicite la société.

6 milliards
d'euros
En une bonne dizaine d'années, Ageas a versé 6 milliards d'euros en dividendes et rachats d'actions propres à ses actionnaires.

Entreprise chouchou des investisseurs

Bart De Smet aura ainsi permis à la compagnie de devenir un des chouchous des investisseurs. En une grosse dizaine d'années, Ageas a versé pas moins de six milliards d'euros à ses actionnaires, que ce soit sous forme de dividendes ou de rachats d'actions propres. La valeur du groupe a quant à elle quasiment décuplé, passant de 1,5 à 10 milliards d'euros sur ce laps de temps.

L'entreprise est confiante en sa solidité financière, comme l'ont encore prouvé les derniers mois. Alors que les régulateurs demandent aux banques et aux compagnies d'assurances de conserver leurs capitaux pour faire face à la crise économique conséquente de la pandémie, Ageas a confirmé, plus tôt ce mois-ci, le versement d'un coupon de 2,65 euros par action pour l'exercice 2019.

Le principal fardeau du mandat de CEO de Bart De Smet aura été la gestion de l'héritage toxique de Fortis. Après des années de procédure judiciaire, Ageas avait conclu un premier accord en 2018, pour la bagatelle de 1,3 milliard d'euros, avec les anciens actionnaires de l'entreprise défendus par Deminor, entre autres, avant un second compromis noué avec Mischael Modrikamen en juin dernier. Les dernières poursuites en cours sont celles menées par le holding Patrinvest, qui réclame quelque 150 millions d'euros à la compagnie.

"Sous (la) direction (de Bart De Smet), l’héritage de la crise financière a été résolu et Ageas s’est transformé en un groupe d’assurances international solide et indépendant."
Ageas

Le patron aura également dû dépêtrer le groupe des règlements d'instrument de dette émis par Fortis, les fameux titres FRESHES et CASHES.

Pour une sommité du secteur issue de la concurrence, "la nomination de Bart De Smet pour remplacer Jozef de Mey était inscrite dans les astres". "Il fera un très bon président comme il a été un excellent CEO", estime-t-elle. Le choix d'Hans De Cuyper comme nouveau CEO lui semble également logique. "Même si l'on savait qu'il y avait d'autres candidats, ce n'est pas une surprise."

Au niveau syndical, on indique par contre être un peu surpris par cette annonce. "Malgré quelques tensions, il faut reconnaître qu'il a bien mené Ageas", estime un représentant des travailleurs, ajoutant qu'il s'agit d'un patron avec une réelle capacité d'écoute.

Regard vers l'Asie

Bart De Smet reprendra, sous réserve de l'approbation de la Banque nationale, la présidence du groupe à Jozef De Mey, qui avait récemment annoncé son intention de quitter son poste après une trentaine d'années passées au sein du groupe.

Avec cette nouvelle fonction, Bart De Smet prend le relais de son mentor. Les deux hommes sont en effet proches après avoir collaboré ensemble pendant plus de vingt ans au sein de Fortis Insurance Belgium d'abord et d'Ageas ensuite.

Pour le poste de CEO, Ageas a décidé de couronner Hans De Cuyper, actuel patron d'AG Insurance. Un choix logique, dans la mesure où l'actuaire de formation connaît parfaitement la maison. Présent depuis 2004, il a notamment servi la compagnie à Hong Kong et en Malaisie avant de prendre les rênes d'AG en 2015. Ces expériences lui seront précieuses, alors que la Belgique demeure l'un des marchés clés de l'entreprise et que ses principales perspectives de croissance se situent en Orient.

Hans De Cuyper va devenir le nouveau CEO d'Ageas. ©saskia vanderstichele

Le futur CEO, dont la nomination doit être approuvée par l'assemblée générale du 22 octobre prochain, a également comme avantage d'avoir présidé Assuralia, la fédération sectorielle, pendant quatre ans.

Pas plus tard que ce mois-ci, Ageas annonçait son entrée sur le marché chinois de la réassurance via un accord avec China Taiping Insurance Holdings d'un montant de 340 millions d'euros. Ses activités asiatiques avaient généré plus de la moitié des 979 millions d'euros de bénéfice net de l'entreprise en 2019.

Ageas emploie quelque 45.000 salariés à travers le monde. En 2019, elle avait encaissé un total de plus de 36 milliards d'euros de prime.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés