Bénéfice en hausse pour Ethias

©Photo News

Sa holding Vitrufin a remboursé l'emprunt de 278 millions d'euros contracté en 2012 pour immuniser Ethias des pertes subies sur Dexia. Vitrufin va pouvoir être liquidée, ce qui est prévu pour novembre prochain.

Ethias a bouclé 2018 sur un bénéfice net de 170 millions d’euros, annonce l’assureur qui publie lundi quelques premiers grands chiffres, le détail suivra ultérieurement. C’est une progression de 62% sur un an. L’année 2017 avait, il est vrai, été marquée par le coût (215 millions d’euros) des opérations menées pour se défaire définitivement du First A, produit dont le rendement élevé à vie a miné pendant des années les finances d’Ethias.

170 millions €
Le bénéfice net 2018 d'Ethias
C'est une progression de 62% par rapport à l'année précédente

L’assureur annonce également avoir vu son chiffre d’affaires progresser de 8% en 2018, à 2,7 milliards d’euros. L’équilibre est quasi parfait entre encaissements en vie et non-vie (1,3 et 1,4 milliard). La production a été plus importante dans les produits vie (+14%) qu’en non vie (+3,6%). La solvabilité de la maison est de 181%, contre 183% un an plus tôt.

Ethias rappelle aussi que, entre dividende au titre de 2017 et acompte sur 2018, Ethias a fait remonter 268 millions d’euros à son actionnaire Vitrufin. De quoi permettre à Vitrufin de rembourser en janvier dernier, l’emprunt obligataire de 278 millions d’euros contracté en 2012 pour racheter les titres Dexia que détenait Ethias et dont la valeur a été ramenée à rien avec la crise.

Vitrufin est la structure qui détient Ethias. Elle regroupe à parts égales (31,66%) Etat fédéral, Région wallonne et Région flamande, qui à l'époque avaient sauvé l’assureur en y injectant 500 millions d’euros chacun. La coopérative Ethias Co, qui regroupe les collectivités fondatrices d’Ethias (villes, communes, provinces, etc.) détient également 5% dans Vitrufin.

L’emprunt ayant été remboursé, l’étage Vitrufin n’a dès lors plus de raison d’être. Comme convenu dans le plan du CEO d’Ethias Philippe Lallemand approuvé par ses actionnaires en mai 2017, cet étage va disparaître. Sa liquidation devrait intervenir en novembre prochain.

Tout ceci ne dit pas ce quel sera le futur d’Ethias. Le CEO a encore quelques mois devant lui pour faire atterrir son plan puisque les actionnaires ont convenu en 2017 d’une période de lock-up jusqu’à mai 2019, autrement dit au lendemain des élections. OK, personne ne vendra d’ici là. La suite reste à écrire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés