Chez Ethias, 60% des clients ont clôturé leur First A

©Photo News

La dernière campagne de clôture menée par l'assureur, assortie d'une prime de sortie de 25%, a permis de déloger 410 millions d'euros des First A. Ces comptes d'assurance vie garantissent des taux élevé à vie et pourrissent la vie d'Ethias depuis des années.

Clôturée le 14 juillet, la dernière campagne de clôture menée par Ethias a permis de sortir des comptes First A un total de 410 millions d'euros, soit 68% des réserves qui y dormaient encore. Pendant quelques semaines, l'assureur proposait une prime de 25% à qui vide son compte. Quelque 60% des clients encore détenteurs d'un First A ont donc décidé de prendre la prime et de clôturer leur compte. Seuls 4.800 clients ont décidé de rester, conservant au total un petit 200 millions d'euros au total. 

Le coût de l'opération sera donc de 102 millions d'euros pour Ethias, qui depuis plusieurs années fait tout pour se débarrasser de ce boulet financier qu'est devenu le First A. Commercialisés jusqu'en 2003, les comptes d'assurance-vie First A, pourrissent en effet la vie de l'assureur parce qu'ils assurent à vie un rendement élevé (3,44% en moyenne) pour ne pas dire impayable depuis l'écrasement des taux d'intérêt de référence sur les marchés. Le succès commercial du produit s'est en somme retourné contre son promoteur.

197 millions €
Au plus fort en 2008, le compte First A concentrait 4,3 milliards d'euros de dépôts confiés. Aujourd'hui, il ne pèse plus que 197 millions d'euros.

Au plus fort fin 2008, le boulet First A pesait 4,3 milliards d'euros de dépôts confiés. Au fil des campagnes de clôture, il a été ramené à 197 millions d'euros et ne représente donc plus une menace vitale pour l'assureur. Celui-ci ne compte pas moins se débarrasser du reliquat, qui devrait être vendu à une compagnie étrangère, avait annoncé la compagnie au moment de lancer cette offre temporaire.

À 147% actuellement, la solvabilité de la compagnie va donc repasser, avec cette nouvelle opération, au-dessus de la barre des 150% qu'elle s'est fixée comme objectif (le minimum requis étant de 100%). Il y a un an, l'assureur en était à 111% et la Banque nationale avait exigé de l'assureur un plan de rétablissement financier pour le faire sortir de la zone rouge.

Pour rappel, les actionnaires d'Ethias (État fédéral, les Régions wallonne et flamande ainsi qu'Ethias Droit Commun regroupant les collectivités à l'origine de l'assureur) se sont mis d'accord au début de ce mois pour ne pas vendre la maison avant 2019. De quoi stopper les spéculations sur le futur de l'assureur, du moins jusqu'aux prochaines élections législatives.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés