Fédérale Assurance met la main sur BDM

Tom Meeus, le CEO de Fédérale Assurance, conclut le deuxième rachat de l'histoire de la compagnie. ©Dieter Telemans

Fédérale Assurance, spécialisée dans le secteur de la construction, annonce ce lundi la reprise du souscripteur mandaté BDM.

Trois ans après avoir intégré le giron du groupe américain The Hartford, le souscripteur mandaté anversois BDM redevient belge. L'entreprise a en effet été rachetée par Fédérale Assurance.

Celle-ci reprend les activités IARD (incendie, accidents et risques divers) et polices relatives à la navigation de plaisance pour les risques situés en Belgique. Les assurances maritimes ne font quant à elles pas partie du spectre de l'opération et sont cédées au groupe Zürich.

35
millions d'euros
Avec cette acquisition, Fédérale Assurance va gonfler son chiffre d'affaires de 35 millions d'euros.

En tant que souscripteur mandaté, BDM peut émettre ses propres polices et produits d'assurance en faisant appel à un assureur pour couvrir les risques sous-jacents. Ce sera dorénavant à Fédérale Assurance de s'acquitter de cette tâche.

Elle est notamment spécialisée dans la niche que constitue la navigation de plaisance, assurant des embarcations dont le prix peut dépasser plusieurs centaines de milliers d'euros. Pour ses clients aisés, BDM propose également des produits relatifs aux villas, collections d'art ou voitures de prestige.

Deuxième acquisition

Avec ce rachat, dont Fédérale Assurance ne divulgue pas le montant, la compagnie va faire gonfler son chiffre d'affaires de 35 millions d'euros par an et ses effectifs de 35 collaborateurs. Il s'agit de la deuxième acquisition de l'histoire la compagnie, vieille de cent ans. En 2018, elle avait intégré un autre assureur anversois, Optimco.

"BDM propose des produits d’assurance spécifiques dans des marchés de niche", explique Tom Meeus, CEO de Fédérale Assurance. "Il y a une complémentarité importante entre leurs produits et les nôtres. En élargissant de la sorte notre gamme assurantielle, nous renforçons notre positionnement afin d’accélérer davantage notre croissance." 

Fédérale Assurance vend directement ses produits, tandis qu'Optimco fait du B2C par courtage. BDM est, elle, active en B2B via le courtage, "ce qui est complémentaire dans notre stratégie", estime le CEO.

L'assureur ne devrait pas réaliser d'autres acquisitions prochainement. "Mais il ne faut jamais dire jamais", prévient Tom Meeus. "Une belle opportunité peut toujours se présenter."

Cette opération doit aider Fédérale Assurance à atteindre son objectif de 500 millions d'euros cette année, notamment en diversifiant ses activités. "Nous augmentons nos sources de revenus pour faire face aux coûts fixes", indique Tom Meeus.

Le rachat de BDM n'aura pas de conséquence sur les courtiers ou les clients, précise Fédérale Assurance. L'opération doit être conclue à l'automne.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés