GBL se renforce dans GEA qui traverse une crise de confiance

Gérard Lamarche, administrateur-délégué de GBL et Gérald Frère. ©Photo News

GBL a franchi le seuil de 5% dans le capital de l'Allemand GEA mis sous pression par un actionnaire qui réclame la nomination d'un nouveau CEO.

La société d’investissement GBL a accru sa participation dans le groupe allemand GEA . Elle est passée de 4,33% fin 2017 et a franchi le seuil de déclaration de 5% pour atteindre 5,13% via la société Oliver Capital.

Spécialisée dans la technologie pour la transformation des aliments et pour de nombreux autres secteurs de la transformation, GEA traverse une mauvaise passe.

Il y a deux semaines, un des dix grands actionnaires du groupe qui n’a pas voulu s’identifier a indiqué que GEA devait revoir ses activités et remplacer rapidement son CEO après une série de résultats décevants.

GEA dont les machines sont utilisées pour les produits laitiers, le café instantané ou les "chicken nuggets" est à la recherche d’un nouveau patron, l’actuel ayant renoncé à un nouveau mandat. Il devrait toutefois rester jusqu’au début 2019 mais la pression monte pour que le conseil d’administration se mette rapidement à la recherche de candidats externes pour le remplacer.

L’an dernier, GEA a dégagé des revenus de 4,6 milliards d’euros en hausse de 2,5% alors que l’Ebitda opérationnel s’est érodé de 0,5% à 564 millions d’euros.

Investissement pépinière

Outre GBL, les grands actionnaires de GEA sont le Kuwait Investment Office, BlackRock, MFS Investment Management et le fonds spéculatif activiste Elliott.

GEA fait partie des investissements pépinières de GBL au même titre qu’Ontex , Burberry et Parques Reunidos . Avant le franchissement de seuil de 5% la quote-part de GEA dans le portefeuille de GBL s’élevait à 1,3%. Fin septembre 2017, la valeur de la participation atteignait 233 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés