analyse

Integrale bientôt sous tutelle?

Michel De Wolf.

Le futur de la compagnie d'assurance demeure incertain, alors que la Banque nationale doit se pencher sur son cas ce mardi et lui envoyer un commissaire spécial.

La saga Integrale se poursuit. Alors que le conseil d'administration se réunissait de manière anticipée ce lundi afin de se pencher sur les offres qui détermineront le futur de la compagnie, il a finalement décidé... de ne rien décider. La patate chaude est reportée à un nouveau conseil d'administration qui prendra place vendredi.

30
millions d'euros
Le conseil d'administration d'Integrale a donné son feu vert pour libérer le capital non appelé de 30 millions d'euros.

L'autre sujet sensible du jour devait être le sort du président de ce conseil, le professeur Michel De Wolf, remis en question par Nethys, selon nos confrères du Soir. Ici aussi, la question sera débattue ce vendredi.

En fin de compte, seules deux décisions ont été arrêtées au cours de la réunion. Tout d'abord, le CA a donné son feu vert pour libérer le capital non appelé de 30 millions d'euros qui doit permettre de mieux respecter les critères de solvabilité de la compagnie. Ensuite, le conseil a également approuvé "de proposer à l'assemblée générale une clause de capital autorisé permettant une augmentation de capital".

Continuité des activités

Concernant le futur de l'assureur, aucun progrès n'a été enregistré. "Le comité de direction va continuer de travailler afin de trouver la meilleure solution pour ses 150 employés et ses 6.000 clients", se contente de réagir l'entreprise.

Et pour la direction, il ne fait aucun doute que les meilleures perspectives sont offertes par l'offre déposée par le gestionnaire d'actifs britannique River Rock. Celle-ci apporteraient les meilleures garanties en termes d'emploi en soutenant la continuité de la compagnie et viserait même à développer ses activités dans le segment de l'assurance vie. Dès sa réception, la direction liégeoise soulignait qu'il s'agissait à ses yeux d'un dossier "crédible et sérieux" qui constituerait, à sa connaissance, la meilleure solution pour l'entreprise.

Deux autres offres de rachat avaient précédemment été déposées par des réassureurs, qui seraient Athora et Monument Re, mais celles-ci ne permettraient pas d'entamer de nouvelles affaires et ne recueillent pas les faveurs du management.

Enfin, une autre offre a été émise par l'entrepreneur liégeois Bernard Delhez, toujours selon Le Soir. Celui-ci aurait déposé plainte contre l'ancien CEO d'Integrale, Diego Aquilina, qu'il accuse de lui avoir volé son projet de reprise. Il reproche par ailleurs à Integrale de ne pas avoir évoqué sa proposition lors d'un précédent conseil d'administration, ce que l'entreprise dément.

Commissaire spécial

Le sort de la compagnie d'assurance est actuellement entre les mains de son principal actionnaire Nethys, qui en détient 71% plus 20% supplémentaires via une de ses filiales, le fonds de pension Ogeo Funds, et de la Banque nationale (BNB), qui supervise les compagnies d'assurance. Contacté par nos soins, Nethys n'a pas souhaité réagir.

La Banque nationale tient son comité de direction ce mardi et devrait décider d'envoyer un commissaire spécial chez Integrale.

La BNB tient son comité de direction ce mardi et va se pencher sur le cas d'Integrale. Après avoir rejeté plusieurs plans de rétablissement soumis par l'assureur, et dans l'attente d'une décision sur une offre de reprise, le régulateur devrait décider d'envoyer un commissaire spécial au sein de la compagnie, selon un insider.

Le timing devient de plus en plus serré pour Integrale et Nethys, qui doivent trouver une solution pour le 23 novembre, date limite pour mettre le point à l'ordre du jour de l'assemblée générale extraordinaire du 7 décembre.

Il ne reste plus que deux solutions pour l'assureur. Ce sera soit un rachat qui assure la continuité de ses activités, souhaitée par la direction et les employés, soit une liquidation, la fameuse "vente par appartements", que personne au sein de l'entreprise n'appelle de ses vœux.

Profil | Integrale

  • Siège: place Saint-Jacques, Liège
  • Effectifs: 150 employés
  • Clients: 6.000 entreprises, 160.000 affiliés
  • Résultat opérationnel (2019): 43,5 millions d'euros

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés