Integrale résilie la convention de départ conclue avec son CEO

Diego Aquilina, CEO d'Integrale.

Integrale ne donnera finalement pas les 4,5 millions d'euros promis à son CEO. Le CA de l'assureur a résilié lundi soir la convention de départ conclue avec Diego Aquilina. La BNB avait tiré l'oreille de l'assureur, suspectant un abus de biens sociaux.

Le conseil d'administration de l'assureur liégeois Integrale a décidé lundi en début de soirée de résilier la convention de départ qui avait été conclue avec son CEO Diego Aquilina en octobre 2019 et de négocier avec lui une nouvelle convention de rupture. Le CA "a décidé de procéder à un réexamen juridique et factuel approfondi des paiements effectués aux membres du comité de direction ou pour eux entre mai 2018 et décembre 2019".

5,7
millions d'euros
Le conseil d'administration d'Integrale avait prévu une enveloppe de 5,7 millions d'euros à l'attention de trois membres du comité de direction à titre d'indemnités de rétention.

Integrale, qui fait partie de la galaxie Nethys, avait prévu en mai 2018 une enveloppe de 5,7 millions d'euros, dont la plus grosse partie (4,5 millions d'euros) est destinée au CEO Diego Aquilina, afin d'encourager les dirigeants du groupe à demeurer dans l'entreprise. Une manœuvre dont le but est de contourner le décret "gouvernance", qui plafonne les salaires à 245.000 euros.

La semaine passée, la Banque nationale de Belgique s'est fendue d'un courrier à l'attention d'Integrale pour dénoncer les "manquements graves" observés par la banque centrale lors d'une mission menée dans les bureaux de l'assureur liégeois en novembre dernier.

Le montant global versé est "bien supérieur au montant que la société aurait dû débourser si celle-ci avait licencié les trois personnes concernées par le plafond de rémunération et réengagé ces mêmes personnes" au nouveau plafond, écrivait la BNB, qui suspecte un abus de biens sociaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés