Jan Van Autreve (NN): "Les Belges n'ont pas confiance en leur pension légale"

Face au niveau plancher des taux d'intérêt, David Knibbe (à droite), CEO de NN Group, encourage ses clients à s'engager sur la voie des produits d’épargne pension de la branche 23. ©Bloomberg

La compagnie d'assurance néerlandaise entend renforcer sa position en Belgique, où elle se situe dans le top 5 dans le segment Vie.

Comme l’ensemble de l’économie, le secteur de l’assurance est chamboulé par la pandémie. Les taux d’intérêt à niveau plancher depuis plusieurs années ont totalement remis en question le modèle de l’assurance vie. L’incertitude née de l’épidémie a eu pour conséquence de voir les encaissements baisser depuis le printemps, avait indiqué Assuralia dans son rapport annuel publié le mois passé.

100
millions d'euros
La crise sanitaire a un impact de quelque 100 millions d'euros sur les chiffres de NN Group en 2020.

NN Group subit également ces turbulences. L’entreprise néerlandaise, issue de la scission des activités d’assurance d’ING, prévoit que l’impact du Covid-19 sera de 100 millions d’euros pour 2020. "Ce montant, bien qu’élevé, ne représente qu’un impact limité pour NN Group sur un résultat opérationnel de 1,8 milliard", précise le CEO David Knibbe.

Après son marché domestique, le Japon, l’Espagne et la Pologne, la Belgique est l’un des principaux terrains de jeu du groupe néerlandais. Il y occupe ainsi la cinquième place sur le segment de l’assurance vie. Loin derrière AG Insurance, qui monopolise plus d’un quart du marché, NN est derrière KBC et talonne Ethias et AXA.

"C’est non seulement un marché important pour nous, mais il est également attrayant", explique David Knibbe. "L’activité belge a toujours été bénéficiaire, et nous sommes convaincus qu’elle va encore prendre une grosse place."

Faiblesse des taux

En juin, le groupe haguenois présentait ses nouvelles priorités stratégiques, avec une approche davantage orientée client et data-driven.

Face à la faiblesse abyssale des taux, la compagnie encourage ses clients à opter pour des produits d’épargne pension de la branche 23. Dans ce segment particulier, NN revendiquait 13,11% de parts de marché en Belgique en 2019, contre 10,8% deux ans plus tôt. "La branche 23 pourrait être une bonne alternative dans un environnement de taux bas, mais elle nécessite également de meilleures connaissances financières", estime David Knibbe.

"Les jeunes craignent de devoir travailler plus longtemps et que le premier pilier ne suffira pas pour leur garantir une bonne retraite."
Jan Van Autreve
CEO NN Insurance Belgium

La question se pose avec d’autant plus d’acuité que les interrogations sur le système de pension se multiplient avec le vieillissement de la population. "Nos études montrent que la population belge n’est pas vraiment confiante par rapport à sa pension légale", commente Jan Van Autreve, CEO de NN Insurance Belgium. "Les jeunes craignent de devoir travailler plus longtemps et que le premier pilier ne suffira pas pour leur garantir une bonne retraite."

Numérisation du secteur

Depuis l’acquisition de Delta Lloyd Life Belgium en 2017, les effectifs ont fondu: alors qu’il y avait quelque 650 collaborateurs à l’époque, le staff comprend actuellement environ 540 personnes, en ce compris une trentaine d'emplois vacants. "Mais il n’y a eu aucun licenciement sec", souligne Jan Van Autreve.

"La numérisation va faire fondre le nombre de jobs opérationnels", prédit David Knibbe. Il fait ici principalement référence aux emplois administratifs, alors que de nouveaux cerveaux seront nécessaires en matière d’analyse de données ou de marketing, notamment.

NN écoule ses produits via un réseau de courtiers, pour environ une moitié de ses ventes, et les banques pour l’autre. Deutsche Bank, Nagelmackers ou vdk bank font partie de ces distributeurs, mais c’est toujours ING qui constitue le principal diffuseur de polices. La pandémie a cependant eu comme effet de voir les ventes directes augmenter substantiellement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés