Kristo Käärman (Wise): "Nous avons été particulièrement séduits par la vision du régulateur belge"

"La plupart de nos clients ont toujours un compte en banque principal ailleurs", explique Kristo Käärmann, le fondateur et CEO de Wise, anciennement TransferWise. ©Bloomberg

La fintech TransferWise change de nom et devient Wise ce lundi. Entretien avec son CEO Kristo Käärman qui revient, notamment, sur son installation à Bruxelles.

Ne dites plus TransferWise, mais tout simplement Wise. Alors qu’elle fête ses dix ans, la fintech britannique change de nom pour souligner le développement et la diversification de ses activités au-delà du transfert de devises.

Tout a commencé avec un problème assez prosaïque. Les Estoniens Taavet Hinrikus et Kristo Käärmann souhaitaient virer des euros d’Estonie vers le Royaume-Uni et des livres sterling dans l’autre sens, et ce, en évitant de débourser des frais bancaires prohibitifs. "Je vivais le problème immédiat des gens qui vivent dans plusieurs pays", se souvient Kristo Käärmann, CEO de TransfeWise. "J'ai alors découvert que les transferts internationaux ponctionnent 5% du montant, c’est énorme!"

5 milliards
de dollars
Les clients de (Transfer)Wise transfèrent quelque cinq milliards de dollars par mois via ce service.

Avec Taavet Hinrikus, il a commencé par trouver un arrangement basé sur la confiance. Ensuite, les deux hommes ont eu l’idée de développer un système de prêts de pair à pair. C'est ainsi que TransferWise était fondée à Londres en 2011.

Licorne de la fintech

Avec leur système, les deux acolytes séduisent de plus en plus de clients et étendent leur réseau en Europe d’abord et sur toute la planète ensuite. Dix ans après sa création, pas moins de dix millions de personnes utilisent les services de la fintech et transfèrent plus de cinq milliards d'euros par mois via cette plateforme. Wise est aujourd’hui présent dans 54 pays, permet de transférer de l’argent sur des comptes dans 80 pays, et vaut près de cinq milliards de dollars.

"Mais avec le temps, les clients en ont voulu plus!", explique Kristo Käärmann. C’est pourquoi l’entreprise a étendu sa gamme au cours des dernières années. Elle propose désormais un compte en banque pour particuliers (Wise), qui représente un encours de plus de trois milliards de dollars et 1,4 million de cartes de débit; un compte professionnel (Wise Business) et une plateforme destinée aux banques et entreprises (Wise Platform), notamment utilisée par N26, Bunq et Monzo.

Ces nouveaux services ne font-ils pas de Wise une banque à part entière? Kristo Käärmann préfère y voir une alternative. "La plupart de nos clients ont toujours un compte en banque principal ailleurs", indique-t-il. Le quadragénaire encourage plutôt à utiliser ses banques partenaires qui profitent de son infrastructure afin d’avoir "le meilleur des deux mondes".

"Nous avons rencontré beaucoup de régulateurs au sein de l’Union, mais nous avons été particulièrement séduits par la vision du régulateur belge."
Kristo Käärmann
CEO Wise

Arrivée en Belgique

Depuis 2019, TransferWise est présente en Belgique. La start-up a choisi Bruxelles pour sa licence européenne une fois le Brexit consommé. Actuellement, seulement une dizaine des quelque 1.500 personnes employées en Europe y travaillent, la plus grosse partie de ce contingent se trouvant à Talin.

"Nous avons rencontré beaucoup de régulateurs au sein de l’Union, mais nous avons été particulièrement séduits par la vision du régulateur belge", commente Kristo Käärmann. "Nous n’avons pas choisi Bruxelles par hasard, et nous sommes très heureux d’y être."

TransferWise devient Wise dès ce lundi, mais les clients ont encore une semaine pour passer au nouveau site de l’entreprise pour transférer leurs fonds.

Il porte d’ailleurs un regard assez bienveillant sur les banques belges. "Si les néobanques n’ont pas conquis la Belgique, ce n’est pas seulement parce que c’est un petit marché, mais aussi parce que les banques traditionnelles y ont mieux réussi leur transformation numérique que dans la plupart des pays du reste de l’Europe", estime-t-il, soulignant les efforts réalisés par plusieurs acteurs belges en termes de transformation numérique.

À noter que TransferWise devient Wise dès ce lundi, mais les clients seront automatiquement transférés vers le nouveau site de l’entreprise pour transférer leurs fonds à partir du mois de mars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés