L'impact du coronavirus se fera sentir en 2021 chez les assureurs

Hilde Vernaillen, la CEO de P&V, se félicite de l'année 2019 de sa compagnie, et regarde déjà vers 2021. ©Thierry du Bois

P&V a réalisé une belle année 2019, mais ses résultats sont déjà éclipsées par les conséquences économiques de la pandémie. Pour sa CEO Hilde Vernaillen, l'onde de choc se fera surtout sentir l'an prochain dans le secteur.

"2019 n'intéresse plus personne." C'est ainsi qu'Hilde Vernaillen, la CEO de P&V et toute fraîche présidente d'Assuralia, entame le commentaire des résultats annuels de sa compagnie. Pourtant, ceux-ci s'avèrent globalement positifs. Le groupe coopératif a ainsi vu ses activités Vie (+4,2%) et Non-Vie (+2,8%) croître, tandis que son ratio de Solvabilité II atteignait 182% au 31 décembre dernier.

63,4
millions d'euros
P&V a réalisé un résultat net de 63,4 millions d'euros en 2019.

Le résultat net de P&V s'élève à 63,4 millions d'euros, en baisse par rapport à 2018 (79 millions d'euros) en raison d'un résultat technique en baisse dû à un nombre moindre d'interventions des réassureurs.

Les encaissements ont augmenté de 3,6% pour un total de 1,6 milliard d'euros en 2019. Une performance meilleure qu'escompté, l'assureur avait en effet fixé une hausse de 2 à 3% comme objectif. "Nos équipes ont bien travaillé", se réjouit Hilde Vernaillen. "Nous avons notamment enregistré une belle croissance parmi les PME. La fin 2019 s'est révélée très bonne, de même que le début de cette année. Et puis..."

"Très peu de clients ont fait une demande pour un report de paiement de prime jusqu'à présent."
Hilde Vernaillen
CEO Groupe P&V

En mars, la pandémie frappe la Belgique de plein fouet. Après les banques, ce sont les compagnies d'assurance qui sont appelées à alléger le fardeau des personnes financièrement touchées par le virus et la crise économique qu'il engendre. Les particuliers et les entreprises ont ainsi la possibilité de demander des reports de paiement de leurs primes. Des mesures qui ne devraient avoir qu'un impact limité sur les entreprises assurentielles.

"Très peu de clients ont fait une demande dans ce sens jusqu'à présent", indique Hilde Vernaillen. Les conséquences de ces dispositions devraient surtout se faire sentir à partir de l'année prochaine. "Des PME de plusieurs secteurs sont en difficulté et nous ne pouvons pas exclure qu'elles aillent faire face à de graves problèmes. Une activité moindre va peser sur nos revenus liés aux primes", poursuit la CEO. 

Nouveaux produits

Les entreprises qui vont devoir licencier du personnel vont ainsi réduire leurs primes pour les polices couvrant les accidents de travail, tandis que d'autres produits dépendent du chiffre d'affaires. Hilde Vernaillen s'attend également à ce que certains clients ne paient jamais leurs primes.

"Il est trop tôt pour définir l'impact de la pandémie", estime la patronne de P&V. "Nous sommes toujours en période d'observation quant à la manière avec laquelle les entreprises vont reprendre leurs activités. Il est dangereux de prendre des mesures après six semaines." La CEO ne se dit ni trop optimiste ni pessimiste pour le moment. "Il faudra surtout faire preuve d'agilité par rapport au marché une fois que l'activité redémarrera."

Pour relever la barre, P&V compte notamment sur de nouveaux produits. Fin 2019, le groupe mettait la main sur Private Insureur, un spécialiste de la branche 23 qui encaisse un peu moins de 100 millions d'euros par an. Une acquisition stratégique pour la compagnie, qui était très peu présente sur ce segment, avec moins de 20 millions d'euros d'encaissement annuel.

Un important plan de transformation est en cours qui comporte notamment d'importants investissements en IT et doit aboutir à la suppression de 300 équivalents temps plein pour 2022. "Le plan n'a pas encore été vraiment touché par la pandémie, mais nous sommes quand même parfois obligés de revoir certains volets de celui-ci, comme pour ce qui concerne la production de nouveaux produits", explique Hilde Vernaillen. "L'ordre des choses est parfois modifié, mais nous tenons le cap pour l'instant."

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés