Publicité
Publicité

La bad bank de Fortis complètement nettoyée

Royal Park Investments avait été créée à la chute de Fortis pour abriter ses actifs toxiques. ©ANP XTRA

Royal Park Investments, la bad bank de Fortis, a distribué la quasi-totalité de son capital. Douze ans après la crise financière, le véhicule est désormais presque vide.

Lors du démantèlement de Fortis, en 2009, naissait Royal Park Investments (RPI). Ce véhicule devait abriter le portefeuille d'actifs toxiques de l'ancienne Fortis Banque. À la manette, on comptait trois actionnaires: Ageas (ancienne holding Fortis, 44,7%), l'État belge (43,5%) et BNP Paribas (11,8%). Ils avaient respectivement investi 760 millions d'euros, 740 millions et 200 millions dans la bad bank.

Cet investissement, ils l'ont récupéré en 2013, lorsque Royal Park Investments a vendu pour près de 7 milliards d'euros son portefeuille au fonds américain Lone Star et au Credit Suisse. La vente avait rapporté 1,04 milliard d'euros en cash à Ageas, 1 milliard au trésor belge et 270 millions à BNP Paribas.

61.500
euros
Selon les annexes du Moniteur belge , le capital de RPI s'élève désormais au minimum légal (61.500 euros).

Une manne pour les actionnaires

De son côté, la société RPI avait continué d'exister afin de régler les poursuites intentées contre les institutions financières. À intervalles réguliers, elle avait aussi versé des dividendes, dont 2,9 millions d'euros dernièrement. Des réductions de capital ont aussi été effectuées, permettant aux actionnaires de toucher il y a peu 3,8 millions d'euros.

Désormais, la source semble tarie pour ces actionnaires. Selon les annexes du Moniteur belge, le capital de RPI s'élève désormais au minimum légal, soit à 61.500 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés