La Banque nationale impose un plan de redressement à l'assureur Integrale

©Dieter Telemans

Comme elle l’avait fait en début d’année avec Ethias, la Banque nationale de Belgique (BNB) a exigé de l’assureur Integrale qu’il lui remette un plan de redressement financier, a-t-on appris à bonnes sources.

Cette demande est tombée il y a deux mois lors d’une réunion à laquelle le régulateur avait convoqué la direction et le conseil d’Integrale. Cette dernière devait rentrer son plan pour le 30 novembre, ce qui fut fait.

Comme tous les assureurs-vie, Integrale doit composer avec un environnement financier pour le moins compliqué: les taux d’intérêt en vigueur sur les marchés sont plus bas que les engagements pris envers ses clients. Cela peut se compenser par le portefeuille de placements actuel, mais pas éternellement.

Solvabilité à renforcer

Selon nos informations, la Banque nationale attend d’Integrale qu’elle renforce ses fonds propres alors que les nouvelles normes prudentielles européennes plus contraignantes, dites Solvabilité II, entrent en vigueur en janvier prochain. Le gendarme du secteur financier réclamerait aussi plus de rigueur de la part de l’assureur dans l’estimation et la gestion de ses risques.

2,6 milliards €
Integrale est actif uniquement en assurances-vie et gère 2,6 milliards d’euros de réserves. Surtout des pensions complémentaires de groupe (2e pilier), pour le compte de quelque 5.000 entreprises.

Actif en assurances-vie uniquement, Integrale gère 2,6 milliards d’euros de réserves, dont trois quarts de pensions complémentaires de groupe (2e pilier), pour le compte de quelque 5.000 entreprises membres parmi lesquelles ArcelorMittal, Umicore, CMI, TNT ou Saint-Gobain. La firme a aussi développé des assurances-vie individuelles, pour l’essentiel les produits Certiflex distribués par Ethias (500 millions d’euros de réserves).

Dotée du statut de caisse commune d’assurance, l’enseigne est gérée paritairement par les employeurs (les entreprises qui lui ont confié la gestion de leur 2e pilier) et les affiliés (les cotisants). Integrale n’a donc pas d’actionnaires à proprement parler, ce qui complique quelque peu la tâche lorsqu’il s’agit de remettre au pot.

En 2014, le groupe basé à Liège avait levé 150 millions d’euros par emprunts subordonnés à 10 ans: 100 millions d’euros sur le marché (coupon: 6,25%) et 50 millions d’euros (coupon: 5,25%) auprès d’une autre maison liégeoise: le fonds de pension Ogeo Fund, qui gère notamment les pensions de Publifin (ex-Tecteo).

Ethias, Publifin, MGEN

Integrale a poursuivi le travail cette année. En février, le groupe a en effet doublé son fonds de garantie (assimilé au capital) de 30 à 60 millions d’euros, l’argent frais provenant ici de nouveaux investisseurs: Ethias, encore un liégeois, et le français MGEN.

Ces apports expliquent d’ailleurs l’arrivée au conseil d’administration de Bernard Thiry (Ethias), Pol Heyse (Nethys, le pôle opérationnel de Publifin) et Jean-Louis Davet (MGEN). Le conseil atteint ainsi… 18 membres mais cela devrait changer. Il est en effet question à l’avenir de réduire ce conseil plutôt pléthorique.

On ajoutera que les bénéfices 2014 ont fait grossir de 31 millions d’euros (à 122 millions d’euros) le fonds de réserve, que l’assureur assimile à des capitaux propres.

Ces derniers mois, Integrale a par ailleurs vendu toutes les actions détenues en portefeuille. On parle ici de 160 millions d’euros, qui ont été réalloués pour l’essentiel en obligations d’Etat et d’entreprises, moins gourmandes en capital.

Plus de fonds propres durs requis

Mais aux yeux de la BNB, cela ne suffirait pas. Des fonds propres durs supplémentaires seraient requis. Pour y remédier, l’assureur chercherait notamment à transformer un trop-plein d’emprunt subordonné (de l’ordre de 25 millions d’euros) en vrais fonds propres.

Les mesures proposées par Integrale viseraient à porter le ratio de solvabilité à 150% en Solvabilité II, le minimum de 100% étant assuré selon certaines sources. La BNB va maintenant passer au peigne fin le plan de l’assureur, puis rendra son avis: suffisant, ou pas.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés