La Branche 23 sur mesure de Lombard International

Tim Goethals et Nicolas Demarest (succursale belge de LombardInternational qui vient de s’ouvrir en Belgique). ©Dieter Telemans

Lombard International Assurance propose une assurance-vie liée à un fonds interne dédié, soit un fonds de placement propre à chaque client.

Les atouts de plus en plus évidents de l’assurance-vie de la Branche 23 retiennent l’attention des institutions financières, y compris parmi les assureurs étrangers qui peuvent y voir l’opportunité d’entrer sur le marché belge.

L’assureur luxembourgeois Lombard International Assurance vient d’ouvrir une succursale à Bruxelles, d’où il compte développer ses solutions pour la clientèle belge. Forte d’un ruling (décision anticipée de l’administration fiscale belge) qui l’autorise à commercialiser ses placements sous forme de contrat de la Branche 23, la compagnie d’assurances, leader sur ce segment à Luxembourg, propose une solution originale, à savoir une assurance-vie liée à un fonds interne dédié, c’est-à-dire un fonds de placement propre à chaque client, géré de manière discrétionnaire par un gestionnaire financier.

"Nous avons 4,2 milliards d’euros d’actifs sous gestion pour la clientèle belge."
Nicolas Demarest
Lombard international

C’est principalement en cela que le produit de Lombard International se distingue des assurances de Branche 23 classiques qui, elles, sont liées à des fonds de placement collectifs, gérés pour un grand nombre de clients.

"Notre assurance-vie de la Branche 23 avec fonds dédié est donc un contrat sur mesure", résume Nicolas Demarest, directeur de la succursale belge de Lombard International Assurance. Non seulement le fonds sous-jacent est géré de manière à correspondre au profil et aux attentes du client mais "le contrat d’assurance est rédigé en fonction de la planification patrimoniale et successorale souhaitée", précise Tim Goethals, spécialiste de la planification patrimoniale chez Lombard International Assurance. "Selon les besoins, d’autres structures sont aussi possibles, par exemple en associant l’assurance-vie à une société de droit commun. Chaque produit est donc unique."

1 million d’euros pour le ticket d’entrée

Ce type de placement qui exige une préparation complexe – plusieurs jours sont généralement nécessaires pour finaliser le contrat – est évidemment réservé à une clientèle aisée: le seuil d’entrée se situe à un million d’euros de capitaux à investir. Lombard International ne travaille pas en direct avec les clients mais par le biais d’intermédiaires (courtiers, banques privées, gestionnaires de fortune, etc.) qui ciblent des clients huppés. "Nous comptons quelque 25 partenariats en Belgique, explique Nicolas Demarest. Nous avons 4,2 milliards d’euros d’actifs sous gestion pour la clientèle belge."

L’assureur met aussi en avant sa présence à l’échelle internationale. "Nous tenons compte de la mobilité du client, souligne Nicolas Demarest. Nos collaborateurs, basés dans chaque pays, peuvent collaborer et traiter rapidement des cas transfrontaliers. Par exemple, si un sportif envisage un transfert à l’étranger puis rentre terminer sa carrière en Belgique, il faut analyser de près les solutions, ce qui est possible avec un contrat d’assurance-vie. Nous tenons évidemment compte de tous les autres aspects, tels que la situation familiale."

Concernant les récentes modifications fiscales qui ont épargné la Branche 23, Nicolas Demarest concède que l’assurance-vie "prend de plus en plus d’intérêt quand la fiscalité sur d’autres placements augmente mais le contrat de Branche 23 n’est pas exonéré", souligne-t-il, en pointant "la taxe de 2% sur les primes et la taxe annuelle d’abonnement" que paient les assureurs vie. "Ce n’est pas une niche fiscale", assure-t-il. Pour le client, "il faut compter entre trois et cinq ans dans notre contrat de Branche 23 avec fonds dédié pour récupérer cette taxe de 2%", explique-t-il encore. "Nous conseillons donc toujours de souscrire avec un horizon de placement d’au moins cinq ans."

Triangle de sécurité

De toute manière, "ce qui compte pour le client est d’avoir l’esprit tranquille", insiste Nicolas Demarest. "Ce que permet ce contrat de Branche 23, adapté à sa situation personnelle, avec flexibilité et la garantie du triangle de sécurité." Ce triangle de sécurité est un concept luxembourgeois qui permet à l’assureur vie d’isoler les actifs du client placés dans la banque dépositaire, le tout sous le contrôle du Commissariat aux assurances du Grand-Duché. En cas de difficultés rencontrées par l’assureur ou la banque, le client retrouve ainsi toujours ses actifs.

Ceci ne l’immunise naturellement pas contre les risques boursiers, inhérents aux placements de la Branche 23. Mais si l’on choisit ce type de contrat, c’est précisément pour exposer une partie de ses avoirs aux marchés financiers.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n