La fintech belge Isabel Group prend pied en France

A la tête d'Isabel Group depuis quasi 4 ans, le CEO Jean de Crane signe la première acquisition hors frontières du groupe.

Isabel Group annonce l'acquisition de Clearnox. Cette opération permet à la fintech belge de prendre pied en France et de compléter sa gamme de produits BtoB.

La fintech belge Isabel ajoute une nouvelle corde à son arc. Après quelque 25 années d’existence, elle signe sa première acquisition étrangère en reprenant le français Clearnox et ses huit salariés. Le prix de l'opération, financé en fonds propres, n'a pas été précisé.

Clearnox offre des solutions de recouvrement des factures aux PME; Concrètement, la plateforme propose un suivi complet de la collecte des encours des clients, de quoi améliorer les trésoreries et la position de cash des sociétés. Et pour cause, on a vu avec la pandémie les délais de paiement croître de 10,9 à 18,6 jours; une tuile pour les PME.

Croissance stratégique...

Jean de Crane, le CEO d'Isabel, indique que cette acquisition intervient doublement dans la stratégie d'Isabel. D'un côté, le groupe continuera d'investir pour permettre à Clearnox de grandir en France. De l'autre, elle permettra d'offrir de nouvelles solutions aux PME et fiduciaires belges.

Clearnox gère quotidiennement quelque 700 millions d'euros de collecte de flux financiers pour quelque 120. 000 entreprises françaises.

L'ambition d'Isabel est de supprimer toutes les frictions que les PME peuvent rencontrer dans la gestion de leur administratif, qu'elles soient de l'ordre des paiements, de la comptabilité ou des identifications sécurisées.

... et géographique

Outre une complémentarité des produits en portefeuille, Isabel Group réussit ici une expansion régionale.

À cette heure, le groupe propose déjà ses produits aux Pays-Bas et au Luxembourg. Il dispose désormais d'un pied-à-terre en France pour tisser sa toile avec les PME de l'Hexagone.

"Un pied-à-terre aux Pays-Bas serait également bienvenu. Nous voulons développer d'autres synergies dans des pays où sont présents nos actionnaires ING, aux Pays-Bas, et BNP Paribas, en France."

Rappelons qu'Isabel a été fondée en 1995 à l'initiative des quatre grandes banques afin de devenir le fournisseur de services multibancaires pour utilisateurs professionnels.

"Notre secteur d'activité est encore très lié à une réglementation domestique, nécessitant des solutions domestiques."
Jean de Crane
CEO d'Isabel Group

Une éventuelle entrée sur le marché allemand est aussi envisagée. "Notre secteur d'activité est encore très lié à une réglementation domestique, nécessitant des solutions domestiques. C'est pour cela que nous visons dans nos acquisitions des plateformes 'internationalisables' permettant une croissance à l'étranger et que nous voulons nous limiter à la zone Sepa (la zone du marché européen unique du paiement, NDLR). Nous n'irons donc pas en Grande-Bretagne."

Jean de Crane ajoute également que dans un secteur en ébullition, les éventuelles futures acquisitions se feront à un prix juste et auprès d'acteurs qui partagent la même vision industrielle.

À la faveur de la digitalisation

À l'annonce de cette acquisition, Jean de Crane affirme qu'Isabel Group ne souffre pas pour l'instant des répercussions de la crise sanitaire. "La pandémie a davantage un impact positif sur l'activité avec une digitalisation accélérée de la comptabilité."

Il ne craint pas non plus un impact négatif à plus long terme, même si une vague de faillites est possible au sein du portefeuille de clients. "Nous avons vu les volumes de paiement connaître un recul lors de la première vague, mais ce recul a aujourd'hui été rattrapé."

80
millions d'euros
Le CEO d'Isabel Group vise les 80 millions d'euros de chiffre d'affaires fin 2021.

Selon le CEO, le besoin accru de digitalisation aura par ailleurs un effet compensateur sur le risque de faillite.

Isabel Group a ainsi clôturé son exercice 2020 sur un chiffre d'affaires de près de 75 millions d'euros. Pour le CEO, les 80 millions pourraient être franchis à la fin de cette année.

Le résumé

  • La fintech belge Isabel a signé sa première acquisition étrangère en reprenant le français Clearnox, qui offre des solutions de recouvrement de factures aux PME.
  • Isabel veut développer d'autres synergies dans des pays où sont présents ses actionnaires ING et BNP Paribas.
  • La pandémie a un impact positif sur l'activité d'Isabel avec une digitalisation accélérée de la comptabilité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés