La Grèce et le taux de change pèsent sur Allianz

(pict. Guenter Schiffmann/Bloomberg News)

L'assureur allemand se dit confiant pour la réalisation de ses prévisions 2011.

Le géant allemand de l'assurance Allianz a vu son bénéfice net baisser de 7% au deuxième trimestre, à 1,07 milliard d'euros, essentiellement à cause d'une charge de plus de 300 millions d'euros qui recouvre la dépréciations de titres de dettes grecs et des effets de change.

Le bénéfice d'exploitation du groupe a atteint 2,3 milliards d'euros, selon les chiffres publiés vendredi, stable par rapport à l'an dernier et supérieur aux attentes (2,14 milliards d'euros selon les analystes interrogés par Dow Jones Newswires), et le chiffre d'affaires a reculé comme prévu, de 3,2% à 24,6 milliards d'euros.

Les résultats "sont étonnament solides au vu de la multiplication des catastrophes naturelles, des incertitudes sur les marchés de capitaux, des fluctuations des taux de change, sans oublier la dépréciation de nos obligations grecques en portefeuille", a commenté le patron d'Allianz, Michael Diekmann, dans un communiqué.

Il s'est montré confiant d'atteindre les 8 milliards d'euros de bénéfice d'exploitation prévus pour cette année, à 500 millions près.

La division assurance vie et santé a souffert de la comparaison avec un très bon deuxième trimestre 2010 et est "revenue à la normale", selon le groupe, ce qui se traduit par un recul de 8% de son chiffre d'affaires et de 18% de son bénéfice d'exploitation. C'est aussi dans ce segment qu'a été comptabilisée la dépréciation des actifs grecs.

Les deux autres divisions, l'assurance dommages et accident et la gestion de portefeuille, ont publié des résultats en hausse, pour la première notamment grâce à des hausses de tarifs.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés