La liste des boiler rooms s'allonge

©rv

La FSMA ajoute sept nouveaux noms à sa liste de sociétés suspectées de fraude de type boiler rooms.

Les mises en garde de la FSMA sont nombreuses envers les boiler rooms. Le gendarme des marchés et garant de la protection des investisseurs déconseille désormais de donner suite à des offres de sept nouveaux acteurs. "Ces sociétés ne sont pas autorisées à fournir des services d'investissement sur le territoire belge".

Mais de qui s'agit-il?

Outre l'absence d'agrément, la FSMA suspecte également ces sociétés d'être des "boiler rooms". Celles-ci procèdent à un type de fraude consistant à démarcher des consommateurs, souvent par téléphone, pour leur proposer d’acheter des actions ou d’autres produits financiers.

Ces derniers temps, les services proposés tendent toutefois à se diversifier: comptes de gestion, comptes à terme, conseil en investissement, placements dans des projets de crowdfunding...

Les boiler rooms se présentent comme des prestataires de services disposant de l'agrément, d'un site web, d'une documentation ad hoc mais les produits proposés sont souvent frauduleux, voire fictifs.

Quant à l'investisseur, il est attiré via un premier investissement limité mais qui s'avèrera très rentable. Les montants investis par la suite devront être supérieurs pour au final se retrouver sans possibilité de récupérer son argent ou/et de faire face à des investissements déficitaires.

Les modalités de prévention s'appliquent donc:

→ Vérification de l'identité de la société, de la validité de son agrément...

→ Méfiez-vous des démarchages téléphoniques 

→ Méfiez-vous aussi des transferts d'argents vers des pays sans rapport avec la société

→ Méfiez-vous des promesses de gains hors de toute proportion

→ Exigez des informations claires

L'ensemble des mises en garde de la FSMA et autres autorités de contrôle étrangères sont disponibles sur le site de l'OICV-IOSCO

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content