analyse

"La question se pose pour Ageas de vendre une division"

Ageas estime que sa performance sous-jacente est restée solide au cours de cette période de turbulences. ©REUTERS

Les résultats trimestriels d’Ageas se sont révélés supérieurs aux attentes du marché, mais la faiblesse des activités au Royaume-Uni pourrait poser la question de la vente de cette division, estime un analyste.

En début de séance, le titre Ageas était le seul au sein du Bel 20 à se risquer en zone verte, avant de refluer quelque peu, alors que l’indice abandonnait plus de 2%.

L’explication est simple. L’assureur a dévoilé ce mercredi matin des chiffres trimestriels supérieurs aux attentes du marché avec un résultat net de 452 millions d’euros, soit un bond de 80% par rapport à l’an dernier, largement influencé – à hauteur de 310 millions d’euros – par un élément exceptionnel, à savoir l’offre sur les titres Fresh. Le consensus des analystes tablait sur un résultat de 426 millions d’euros.

Idem pour le résultat net de l’assurance qui a atteint 113 millions d'euros, soit 23 millions de mieux que le consensus.

Prévisions 2020 suspendues

Globalement, Ageas estime que sa performance sous-jacente est restée solide au cours de "cette période de turbulences", mais que son résultat a été marqué par la volatilité des marchés financiers au cours des dernières semaines du premier trimestre ainsi que par des tempêtes qui ont frappé la Belgique et le Royaume-Uni.

Entre 850 et 950 millions
euros
Ageas n'a pas confirmé ses prévisions d'un résultat net sous-jacent compris entre 850 et 950 millions d'euros pour 2020.

Au vu des incertitudes provoquées par la pandémie, l’assureur estime d’ailleurs qu’il n’est pas en mesure de confirmer ses prévisions antérieures qui anticipaient un résultat net sous-jacent compris entre 850 et 950 millions d’euros.

"Les résultats constituent un ensemble contrasté avec une génération de cash et une mise à jour de solvency II meilleures que prévu", résume Albert Ploegh d’ING ("conserver"; 49 euros) qui n’est pas étonné par la suspension des prévisions pour 2020. Il affirme l’avoir anticipée en raison des moins-values sur actions et les tempêtes qui ont influencé le résultat du premier trimestre.

Quid du Royaume-Uni?

Jason Kalamboussis de KBC Securities ("accumuler; 47,5 euros) estime, pour sa part, que si la guidance 2020 n’a pas été confirmée, cela tient plus aux plus-values et à la situation sur les marchés qu’aux résultats sous-jacents du groupe d'assurances.

"Les résultats faibles enregistrés au Royaume-Uni posent encore la question d’une vente potentielle de cette division."
Jason Kalamboussis
Analyste chez KBC Securities

Il s’interroge, en outre, sur l’avenir d’une partie des activités d’Ageas. "Les résultats faibles enregistrés au Royaume-Uni posent encore la question d’une vente potentielle de cette division", écrit-il.

Pour Bart Jooris de Degroof Petercam qui, hier déjà, avait relevé son conseil sur la valeur à "acheter" avec un objectif de cours de 40 euros, ces résultats confirment son approche positive et son point de vue selon lequel l’action a subi une correction excessive.

Kepler Cheuvreux, pour sa part, maintient sa recommandation à "réduire" et son target à 35 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés