La tentative d’OPA sur Ageas pourrait susciter d’autres marques d’intérêt

L'assureur belge a repoussé une proposition de rachat avancée par BE Group. ©REUTERS

L’approche de BE Group s’est soldée par un échec. Elle pourrait toutefois inciter d’autres parties à marquer un intérêt pour le groupe d’assurances, estime un analyste.

Tous les regards étaient tournés, ce lundi matin à 9h, vers l’action Ageas. Vendredi soir, on a appris, en effet, qu’un groupe d’investisseurs réunis sous la dénomination de BE Group avait proposé, voilà quelques semaines, une "offre indicative et hautement conditionnelle" sur l’assureur belge. Une offre que le conseil d’administration a jugée irréaliste. Il a donc décidé de ne pas y donner suite.

Le marché ne semble pas croire à une éventuelle poursuite de ce projet d’OPA derrière lequel on trouve, entre autres, deux financiers habitués aux banques d’affaires.

Pas de spéculation

"Nous pensons que l'approche de BE Group a très probablement échoué, mais cela peut amener d'autres parties à s'intéresser (à Ageas)".
Albert Ploegh
Analyste chez ING.

En début de séance, le titre a grimpé jusqu’à 3% avant d’effacer une large partie de ses gains pour clôturer sur une hausse de 0,67%, à 36,04 euros. Pas de fièvre spéculative donc à l’annonce de cette tentative de rachat rejetée par la cible.

L’action a aussi bénéficié, en matinée, du soutien de JP Morgan qui a décidé de relever son objectif de cours à 50,9 euros, contre 47 euros, le conseil restant à "acheter".

L’appétit des candidats acheteurs a certainement été aiguisé par deux éléments moteurs: la forte croissance que rencontre la maison mère d’AG Insurance en Asie et un cours de bourse plombé.

D'autres offres?

Depuis le début de l’année, le titre a perdu un tiers de sa valeur alors que, dans le même temps, le Stoxx 600 européen du secteur de l’assurance limitait sa chute à 23%. Avec un cours autour de 36 euros on est bien loin du plus haut historique de près de 56 euros atteint en novembre 2019.

Albert Ploegh d’ING ("acheter"; 46 euros) estime que l’intérêt de BE Group est aussi lié au changement annoncé au niveau de la direction d’Ageas, le CEO, Bart De Smet devenant le nouveau président à la place de Jozef de Mey et Hans De Cuyper accédant au poste de CEO.

50,9
euros
JP Morgan a décidé de relever son objectif de cours à 50,9 euros, contre 47 euros avant, le conseil restant à "acheter".

"Nous pensons que l'approche de BE Group a très probablement échoué, mais cela peut amener d'autres parties à s'intéresser (à Ageas)", avance, par ailleurs, l’analyste financier.

Actionnariat morcelé

Vendredi, avant le scoop de Bloomberg sur cette OPA, Ageas avait pu pousser un ouf de soulagement. La chambre du conseil de Bruxelles a prononcé la prescription dans le volet pénal de l’affaire Fortis, ce qui permettra au groupe "de se concentrer encore plus sur le développement de ses activités d’assurance".

Et ce qui pourra aussi attiser l’intérêt d’autres prédateurs tout comme l’actionnariat très morcelé d’Ageas, d’ailleurs. Ses principaux actionnaires sont lui-même (3,48%), le géant de la gestion d’actifs BlackRock (4,95%) et les Chinois Fosun (5,06%) et Ping An (5,17%).

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés