Le belgo-congolais Sucraf passe aux mains d'un Néerlandais

Peter-Paul De Vries, CEO de la société d'investissement Value 8 (ici en mai 2014).

Après avoir tenté d'entrer dans le Standard de Liège, Peter-Paul De Vries est en passe d'entrer en force dans le groupe Sucraf, "Sucre et raffinerie de l'Afrique centrale", actif au Congo (RDC). Le fonds d'investissement néerlandais qu'il dirige, Value 8, reprend les parts détenues par le groupe Sopex, l'actionnaire de référence de Sucraf, pour un peu plus de 28.000 euros. Il endosse également les créances de Sopex à l'égard du holding anversois. Mais ne compte pas retirer la société de la Bourse.

La société d'investissement néerlandaise Value 8 a repris les 26 % de parts détenues par le groupe Sopex dans le groupe Sucraf. Value8 endosse par la même occasion les créances de Sopex à l'égard du holding anversois, a-t-elle fait savoir mardi dans un communiqué.

Cette annonce tombe à la veille de la convocation d'une nouvelle assemblée générale extraordinaire. A l'ordre du jour: la dissolution et la liquidation de Sucraf (Sucre et raffinerie de l'Afrique centrale), une société cotée qui ne dispose plus d'aucun actif opérationnel. Le groupe Sopex, actionnaire principal de Sucraf, avait déjà fait savoir au conseil d'administration qu'il n'était plus en mesure de supporter les coûts des procédures contre la sucrerie congolaise de Kiliba, son seul actif mais à l'arrêt depuis 1996.

Dans le cadre de l'accord conclu avec Value8, le groupe Sopex et la famille Kronacker voteront dès lors contre la dissolution et la mise en liquidation de Sucraf.

La cotation du holding est suspendue depuis le 12 août. En juin dernier, le patron de Sucraf, Guido Wallebroek, avait fait savoir qu'il était à la recherche d'un acheteur susceptible d'apporter d'autres activités dans le holding et favoriser la souscription en Bourse de la société.

Les choses sont donc en train de bouger. Le fonds néerlandais Value8, dirigé par l'actionnaire activiste Peter-Paul De Vries - qui s'est fait connaître en défendant les petits actionnaires de Fortis, mais aussi en tentant d'entrer dans l'actionnariat du Standard de Liège - vient d'annoncer qu'il rachetait les 26 % de parts dans Sucraf détenues par le groupe Sopex par les actionnaires gravitant autour de lui.

Selon Sucraf, un total de 132.105 actions et 10.973 parts bénéficiaires ont été vendues au prix 0,20 euro par titre. À titre de comparaison, l'action Sucraf valait 0,26 euro avant la suspension du cours. Le prix déboursé par Value8 dépasse donc légèrement les 28.000 euros.

Value8 reprend en outre les créances de Sopex à l'égard de l'Etat congolais pour un montant se situant "largement en-dessous de (leur) valeur nominale", précise-t-il dans un communiqué. Le fonds néerlandais, qui n'atteindra pas la barre des 30 % de parts obligeant le repreneur à lancer une OPA, a par contre fait savoir qu'il n'avait pas l'intention de lancer une offre d'achat sur le reste des actions Sucraf.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés